Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie
 
Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Schubert, Schœnberg
Jean Angliviel, piano


POL 150 760

11
télécharger le bon de commande


 
  Polymnie

PolymniePolymniePolymnie

Franz Schubert
Sonate n° 23 D 960
Molto Moderato
Andante Sostenuto
Scherzo, Allegro vivace con delicatezza - Trio
Allegro ma non troppo

Arnold Schœnberg
Six Petites Pièces op. 19
Léger, délicat
Lent
Très lent
Rapide, mais léger
Assez rapide
Très lent


   
 

Franz Schubert
Sonate n° 23, en si bémol majeur (D 960)

Achevée le 26 septembre 1828, la Sonate en si bémol est la dernière composition de grande envergure qu'ait écrite Schubert, qui devait mourir moins de deux mois plus tard. Comme souvent chez Schubert, l'inoubliable mélodie initiale du Molto Moderato semble surgir d'un rêve bien avant de nous devenir perceptible. Au-delà de tout désespoir et de toute misère, elle nous transporte dans cet univers de sage résignation et de sérénité seconde qui sera celui de toute l'oeuvre et qui caractérisait également la production du Mozart des derniers mois. Cette ample mélodie se voit étayée d'un trille dissonant (sol bémol) grondant mystérieusement dans les basses, et dont le rôle structural et cadentiel sera important : c'est lui qui introduit une reprise féerique en sol bémol majeur du thème, qui s'affirme enfin en pleine puissance dans le ton principal : premier forte du morceau. Le second thème, plutôt complément lyrique qu'antithèse, s'expose de façon surprenante en fa dièse mineur, allusion par enharmonie au sol bémol précédent. Des modulations magiques mènent au long apaisement qui, comme plus tard chez Bruckner, signale la fin de l'exposition, et qui fixe la musique de manière toute classique au ton de la dominante, fa majeur, dont la tierce est commune avec fa dièse mineur.
Une brusque modulation en ut dièse mineur - l'effet est prodigieux - introduit le développement qui travaille les deux thèmes avec une richesse harmonique incomparable, et qui culmine en un dramatique fortissimo en ré mineur. Une lente et graduelle accalmie, d'une atmosphère raréfiée - nous touchons ici au coeur du mystère romantique - précède la réexposition, enrichie d'harmonies nouvelles, et suivie d'une grande coda où le thème initial reparaît encore par trois fois, en des éclairages sans cesse renouvelés, pour retourner enfin doucement au silence d'où il avait surgi.
L'Andante Sostenuto en ut dièse mineur est le coeur et l'apogée de la Sonate, et sa bouleversante beauté défie toute description. La forme, un da capo varié, est d'une simplicité déroutante. Une mélodie calme et recueillie, doucement plaintive, s'expose sur un fond de cloches solennelles étagées sur trois octaves aux basses en pédales rythmiques obstinées. Son expression s'intensifie progressivement jusqu'à l'entrée du thème central, en la majeur, hymne sublime de transfiguration et d'extase mystique, auquel ses riches sonorités dans le médium grave prêtent des teintes de noble nocturne, bientôt entouré de la féerie de figurations scintillantes. Mais c'est la reprise variée du début qui atteint aux cimes les plus hautes de l'inspiration : la douleur poigne, plus pressante. plus lancinante, lorsque, soudain, une modulation imprévue de sol dièse mineur à ut majeur crée un merveilleux changement d'éclairage, amenant la conclusion spiritualisée, épurée, dans la lumière céleste d'ut dièse majeur : Beethoven a-t-il jamais dépassé pareil sommet ? Peut-être dans l'Adagio de l'Opus 106...
Fraîcheur, raffinement, parfums éthérés nous accueillent à l'audition du thème angélique et tendre du scherzo, Allegro vivace con delicatezza, dont le titre dit si bien l'esprit. Ses appoggiatures délicates, ses allusions fugitives aux tons les plus lointains, soulignent sa poésie irréelle autant que le contraste du bref trio en mineur, plus sévère, plus rude, avec ses étranges périodes irrégulières, dix mesures, et ses accents décalés.
Le finale Allegro ma non troppo combine rondo et forme sonate. Le thème, quelque peu badin et même espiègle, démarre en ut mineur avant de regagner le ton principal, procédé familier à Schubert, encore que le modèle le plus proche, à tous points de vue, rythme et tonalité compris, soit le finale du Quatuor op.30 de Beethoven. Une seconde mélodie, large, hymnique, en noires liées, nous porte en sol majeur et retrouve passagèrement le climat du premier mouvement. Mais, soudain, deux accords violents affirment fa mineur et introduisent un troisième élément, aux rythmes fortement pointés. Le refrain est alors repris, toujours annoncé par son sol initial, et développé au cours d'un épisode vigoureux, aux modulations météoriques d'une folle audace. Comme dans le premier morceau. c'est une longue accalmie graduelle qui prépare la reprise, relativement régulière. Après un dernier épisode qui s'attarde à plaisir dans la joie de moduler, une brève strette, Presto, brillante et allègre, de couleur fort beethovénienne avec les grondements de ses batteries d'octaves - aux basses, termine la Sonate.


Arnold Schoenberg
Six Petites Pièces pour piano (op.19)

Écrites de février à juin 1911 ces "miniatures" forment contraste avec l'Opus 11 non seulement par leur durée - l'ensemble ne dépasse pas cinq minutes -, mais par leur style aphoristique : elles se situent ainsi dans le prolongement des Trois Petites Pièces pour orchestre de chambre (de 1910), - concentrant les événements musicaux dans un minimum de temps avec un minimum de moyens. On y constate une réaction contre l'hypertrophie de la "grande forme" - instrumentale ou de format symphonique - telle que la pratiqua Schoenberg lui-même dans nombre de ses oeuvres. On notera que la dernière pièce fut écrite peu de temps après les obsèques à Vienne, en mai 1911, de Gustav Mahler, - à la mémoire duquel Schöenberg dédiera son Traité d'harmonie publié dés le mois de juillet suivant. Les Six Petites Pièces sont intitulées Leicht, zart (léger, délicat) ; Langsam (lent) ; Sehr langsam (très lent) ; Rasch, aber leicht (rapide, mais léger) ; Etwas rasch (assez rapide) ; Sehr langsam (très lent). La plus longue - la première - comporte dix-huit mesures ; les plus courtes - les deuxième et troisième - seulement neuf chacune. On a souvent fait le rapprochement avec Webern : ce qui ne va pas sans malentendu. Alors qu'on peut tenir la forme épigrammatique comme consubstantielle au génie webernien, elle ne représente chez Schoenberg qu'une exception, un condensé de l'expression, ample et fortement émotionnelle, vers laquelle il était naturellement porté. Ces pièces sont donc peu "weberniennes" en elles-mêmes, mais une quintessence d'éléments stylistiques antérieurs - de l'Opus11 par exemple -, isolés dans leur formulation la plus concise et, pour l'auditeur, la plus attrayante. C'est une logique toute intuitive qui paraît gouverner la pièce initiale, d'une fine texture harmonique, - tandis qu'un ostinato de tierce (sol-si), dans une mesure à quatre temps décomposés, engendre les configurations mélodiques de la seconde. D'un lyrisme plus évident, la pièce suivante expose les accords de la main droite sur un chant en octaves à la basse ("à jouer de bout en bout pp"). On remarquera surtout dans la quatrième pièce, un récitatif de treize mesures, intensément dramatique, qui prend place en conclusion ; à quoi s'oppose le fluide legato de la cinquième pièce portant la mention "zart aber voll " (délicat mais plein) ; tout concept de tonalité y paraît définitivement aboli. Mais sans doute la plus belle, la plus émouvante, est-elle la pièce finale, - qui fait résonner un glas funèbre expirant en un double accord de six notes (du grave à l'aigu sol, ut, fa, la, fa dièse et si), "wie ein Hauch" (comme un souffle).


Textes extraits du Guide de la musique de piano et de clavecin de François-René Tranchefort.
Avec l'aimable autorisation des Éditions Fayard.
© Éditions Fayard

 

Jean Angliviel a terminé sa formation de pianiste aux États Unis où il a obtenu un "Master of Music in Piano Performance" au New England Conservatory of Boston, dans la classe de Gabriel Chodos. Il est régulièrement invité à se produire en France, aux États Unis au Brésil et en Europe, en solo ou musique de chambre (avec cordes ou vents) et aime particulièrement accompagner des chanteurs dans des récitals de mélodies. Son répertoire va de Bach aux contemporains, avec une affinité particulière pour la musique de Schubert et de Debussy.
Jean Angliviel a été pendant de nombreuses années pianiste de l’ensemble de musique contemporaine "Futurs Musiques" ; il enseigne l’harmonie au piano à l’université Paris VIII. "Il m’a semblé intéressant de rapprocher ces deux oeuvres qui peuvent évoquer le commencement et la fin du romantisme.
A priori tout oppose la D 960 de Schubert et l’op. 19 de Schoenberg. La sonate de Schubert, classique dans la forme, se déploie dans la durée. C’est un voyage au plus profond de l’intime, la signature du romantisme. Les klavierstucke de Schoenberg, des miniatures où l’expression est aussi concentrée que brève. Même dissonantes et atonales, ces pièces, par leur lyrisme et leur phrasé, nous ramènent au XIXème siècle. On peut entendre cet opus soit comme le début d’un monde soit comme la fin d’une époque."

jmangliviel@free.fr

Polymnie

 

Completed on September 26 1828, the B-flat sonata is Schubert’s last great composition – and without a doubt the most well-known and played of his sonatas. The first long movement is imbued with a certain tranquillity, a certain contemplation even, although some patterns lend it a somewhat mysterious aspect. The slow movement being one of the least used by Schubert, the emotion is completely overwhelming here making it one of the most dramatic pages in piano literature. The modulations are extraordinary, imbued with magic, in particular towards the end of the movement. The tone changes in the final two movements, showing once again Schubert’s skill at vacillating between major and minor. They admirably conclude Schubert’s production of sonatas in its ensemble on a positive note.

Six Little Piano Pieces (op. 19) by Arnold Schoenberg
These six little pieces – each of which is between 9 and 18 bars – represent a digest of musical thought by Schoenberg who was known for his long compositions. Written between February and June of 1911 these miniatures drew attention to themselves because of the limited pianistic means used in each of them. 1- Leicht, zart (Light, tender); 2- Langsam (Slow); 3- Sehr langsam (Very slow; 4- Rasch, aber leicht (Fast, but light); 5- Etwas rasch (Quite fast); 6- Sehr langsam (Very slow).


Jean Angliviel completed his pianist training in the United States, graduating with a Master of Music in Piano Performance from the New England Conservatory of Boston, in the class of Gabriel Chodos. He is regularly invited to perform solo or as part of a chamber ensemble (strings or wind) in France, US, Brazil and Europe. He especially enjoys accompanying singers in melody recitals. His repertoire spans from Bach to contemporary artists, with a particular affinity Schubert and Debussy. Jean Angliviel was a pianist for a number of years with the ensemble of contemporary music “Futurs Musiques” and teaches harmony at the piano at Université de Paris VIII.
"I thought it interesting to bring these two pieces together, as they can conjure up the beginning and the end of romanticism. Schubert’s D 960 and Schoenberg’s op 19 are almost polar opposites. Schubert’s sonata, with its classical form, is drawn-out. It is a journey to the deepest intimacy, the signature of romanticism. Schoenberg’s piano pieces, miniatures in which the expression is as concentrated as it is short. Although dissonant and atonal, the lyricism and phrasing of these pieces transport us back to the 19th century. This opus can be listened to, either as the beginning of a world or as the end of an epoque."

jmangliviel@free.fr

 



Polymnie



Polymnie


Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •