Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie
 
Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Liszt et Schumann

Véronique Bonnecaze, piano

double cd

POL 151 585

11
télécharger le bon de commande

 
 
Bonnecaze
PolymniePolymniePolymnie

Franz Liszt

Années de Pèlerinage
Après une lecture du Dante - l’Italie - Sonata quasi una fantasia
La Vallée d'Obermann - La Suisse

Études transcendantes
n° 10
Chasse - Neige

Harmonies poétiques et religieuses

Funérailles

Paraphrases
Tristan und Isolde - Liebestod (Wagner)
Miserere du Trovatore (Verdi)
Valse de Faust (Gounod)

Robert Schumann
Carnaval Op. 9

Schumann / Liszt
Widmung (de Myrten Op. 25 n° 1) S. 566

Franz Liszt
Venezia e Napoli

 

 

 
 

Après une lecture du Dante - Sonata quasi una fantasia - (Années de Pèlerinage – l’Italie)
Inspirée de la Divine Comédie de Dante, Après une lecture de Dante peut être classée parmi les œuvres les plus importantes de la production lisztienne. L’introduction lève le rideau sur un univers de douleur, de mort et de colère. Le premier thème en ré mineur (cette tonalité symbolise souvent l’enfer en musique) représente une vision apocalyptique. Puis, vient l’apaisement avec le deuxième thème (choral) en fa dièse majeur (autre tonalité symbolique du "repos béatifique" que Liszt utilise aussi dans les Jeux d’eau à la Villa d’Este ou Bénédiction de Dieu dans la solitude), puis de nouveau l’Enfer et la violence. La pièce s’achève dans un déferlement d’octaves et d’accords.


Vallée d’Obermann – (Années de Pèlerinage – la Suisse)
Sixième volet de la première Année de Pèlerinage, on peut considérer cette œuvre comme le centre de ce cycle “Suisse”, celle qui donne à cette pérégrination toute sa dimension spirituelle et son sens philosophique. C’est l’une des plus belles œuvres de Liszt qui exprime dans ces pages la nostalgie d’un absolu inaccessible.

Etudes d’exécution transcendante, n°10 et n°12 Chasse-Neige
Qualifiées de transcendantes, les études de Liszt méritent amplement leur titre intimidant. Elles constituent en effet la somme la plus représentative de la technique phénoménale de Liszt. Mais outre leur difficulté, le génie de Liszt fut d’y créer une fusion entre virtuosité brillante et poésie dont la dixième étude (sans titre mais souvent appelée Appassionata, à l’origine par Busoni), constitue un bel exemple. Chasse-Neige, dernière étude du recueil, avec ses trémolos et ses rafales chromatiques, nous offre la vision d’un paysage pris sous une tourmente de neige.

Funérailles (des Harmonies poétiques et religieuses)
Sorte d’élégie, Funérailles (1849) fut inspirée par le souvenir de Hongrois tués pendant la Révolution de 1848 contre l’Empire des Habsbourg. La première partie évoque, par un glas menaçant, l’avancée inexorable de l’ennemi, pour aboutir à une marche funèbre, entrecoupée d’une section orageuse dont l’issue sera fatale.

Paraphrases – Miserere du Trovatore (Verdi), La mort d’Isolde (Wagner), Faust-Valse (Gounod)
Les paraphrases et transcriptions d’opéras chez Liszt tiennent une place importante, car le compositeur ne se contente pas de condenser des partitions, il repousse les limites du "possible" pianistique pour donner l’illusion et recréer à la fois les timbres, les couleurs et l’ampleur de l’orchestre, des chanteurs et des chœurs.
Dans La Mort d’Isolde, Liszt réussit le tour de force de transférer le discours musical contrapuntique orchestral sur un clavier de 88 notes et, grâce à une habile combinaison de trémolos, d’accords et d’arpèges, il parvient à restituer admirablement la pensée originale de l’auteur.

Robert SCHUMANN - Carnaval Op. 9
Schumann composa Carnaval entre 1834 et 1835 alors qu'il avait vingt-cinq ans. Les quatre notes qui reviennent dans chacun des vingt-et-un tableaux destinés à être joués (un vingt- deuxième tableau, Sphinxes, est destiné à être lu pendant l'exécution mais pas à être joué) sont la, mi bémol, do, et si qui correspondent à A-S-C-H en notation allemande où le mi bémol est transcrit en S. Elles correspondent à la fois aux lettres de la ville d'Asch (aujourd'hui en Bohème) où était née son élève Ernestine von Fricken dont il s'était épris avant de la quitter pour Clara, le véritable amour de sa vie, et aux lettres musicales dans son propre nom. Carnaval s'inspire de la manière du roman humoristique inachevé de Jean Paul, Flegeljahre qui tourne autour d'un héritage que le héros doit mériter par un parcours du combattant absurde qui inclut l'accordage d'un piano pendant un jour, la chasse d'un lièvre, mais aussi de devenir jardinier, notaire et pasteur ou encore de passer une semaine avec chacun des héritiers malheureux. Papillons Op. 2 est plus directement inspiré de Flegeljahre. Tout Carnaval foisonne de cette loufoquerie prenant la forme de variations incarnées par les portraits des membres du Davidsbund, société secrète fictive de Schumann en guerre aux côtés de personnages sortis de la commedia dell'arte contre les Philistins de la musique. Au cours de ce carnaval fantastique, défilent entre autres Pierrot, Arlequin, Coquette, Pantalon et Colombine, Ernestine (Estrella), Clara (Chiarina), mais aussi Chopin, Paganini et Schumann lui-même derrière les masques de ses pseudonymes Eusebius le rêveur et Florestan le passionné (correspondant respectivement aux jumeaux Walt et Vult qui dans Flegeljahre échangent leurs costumes de bal, fusionnant ainsi symboliquement action et intériorité afin que Wina aime Vult en le prenant pour Walt). L'œuvre se termine par la marche railleuse et triomphale du Davidsbünd contre les Philistins.

Robert SCHUMANN transcrit par Franz LISZT - Widmung (de Myrten Op. 25 n° 1) S. 566
Ce lied sur un poème de Friedrich Rückert est la Dédicace du cycle schumannien des Myrtes Op. 25. Le poème comme la musique, surtout dans sa transcription brûlante de Liszt, est un concentré de romantisme :
"Ô toi, tombeau dans lequel J'ai enseveli à jamais mes tourments. Tu es le repos, tu es la paix, Tu m'as été donné par le Ciel"

Franz LISZT - Venezia e Napoli S. 159
Composées en 1840, révisées en 1859 puis publiées en 1861 en supplément aux Années de Pèlerinage, les pièces qui constituent Venezia e Napoli sont en fait des paraphrases. Dans la première, Gondoliera sur une chanson de Peruchini, des trilles aquatiques virevoltent autour du thème originel. Dans la seconde, Canzone sur l'aria " Nessun maggior dolore" de l'Otello de Rossini, la main gauche esquisse le thème sur un ostinato de tremolos à la main droite, puis les rôles s'inversent. La diabolique Tarantella est inspirée d'un thème de Correia.

Franz LISZT - La lugubre gondola n° 2 S. 200 Écrite en 1885, un an avant la mort de Liszt, l'origine de cette œuvre sombre reste moins mystérieuse que sa devancière, la première Gondole Lugubre. Selon la légende, écrite en 1882, celle-ci trouverait son origine dans une prémonition que Liszt aurait eue sur la mort prochaine à Venise de son gendre Richard Wagner, effectivement décédé subitement à Venise en 1883. La deuxième Gondole Lugubre ici enregistrée évoque la gondole funèbre transportant la dépouille de Wagner sur le Grand Canal.

 

Polymnie

 

Véronique Bonnecaze a fait ses premières études musicales au Conservatoire de Bordeaux d'où elle est sortie à 14 ans avec les plus hautes récompenses. Elle a ensuite été admise au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où elle a obtenu un Premier Prix de Piano et de Musique de Chambre et a poursuivi sa formation pianistique à la Juilliard School of New York. Elle a été lauréate et finaliste de plusieurs concours internationaux dont Genève, Mavi Marcoz, Chopin Palma de Majorque, Pescara, Jaen...
Elle a joué en récital et avec orchestre en France (Salle Gaveau, Salle Cortot, Théâtre de l'Athénée, etc.), en Autriche (Mozarteum de Salzbourg), en Allemagne, en Suisse (Victoria Hall de Genève), aux États-Unis (Carnegie Hall de New York) mais aussi en Belgique, en Espagne, en Italie, en Hongrie, en Suède, en Grèce, au Japon, etc.
Dans son répertoire de prédilection, on retrouve souvent des cycles d'œuvres de Chopin, Schumann ou Liszt, et des compositeurs russes comme Scriabine et Rachmaninov. Debussy et Ravel y tiennent également une place importante. Son disque des 24 Études de Chopin a été salué par la critique, et à l'occasion de la célébration du bicentenaire du compositeur en 2010, Véronique Bonnecaze a réalisé un enregistrement de ses derniers opus.
Outre ses activités de pianiste concertiste, Véronique Bonnecaze a été nommée en 2010 professeur d’une classe de piano à l’École Normale de Musique de Paris A. Cortot. Elle donne également des master-classes en France, Irlande, Japon, Académie d’été de Cagliari... Egalement passionnée par la mise en œuvre d’évènements musicaux, elle a créé notamment le Concours International de Piano d’Arcachon, les 'Harmonies du Soir' une série de concerts qu’elle dirige à l'Hôtel Plaza Athénée à Paris, et vient d’instaurer une saison de concerts au Cercle France-Amériques à Paris.

... L'interprétation est aristocratique et poétique, mais suffisamment forte pour faire passer de grands moments de musique. Peu de pianistes aujourd’hui, ont cette sorte d'intelligence et de goût.
Mademoiselle Bonnecaze l'a...
Harold Schonberg, Critique musical au New York Times


...Véronique Bonnecaze impressionne par la franchise de son jeu. Elle déploie une énergie alliée à une hauteur de vue impressionnante, s'oubliant pour faire entendre la musique et rien qu'elle...
Alain Lompech, Critique musical au journal Le Monde et à Diapason

 

Polymnie

 

Après une lecture de Dante - Sonata quasi una fantasia - (Years of Pilgrimage - Italy)
Inspired by Dante's Divine Comedy, Après une lecture de Dante may be ranked among the most important works of Liszt. The introduction lifts the curtain on a world of pain, death and anger. The first theme in D minor (this tone often symbolizes hell in music) represents an apocalyptic vision. Then comes peace with the second theme (a choral) in F sharp major (another key that symbolizes the "beatific rest" that Liszt also used in “Jeux d’eau à la Villa d’Este” and “Bénédiction de Dieu dans la solitude”) and then again hell and violence. The piece ends in a flurry of octaves and chords.

Vallée d'Obermann - (Years of Pilgrimage - Switzerland)
This is the sixth work of the first Year of Pilgrimage - Switzerland - and the center of the cycle. It is the one that truly gives this peregrination all its spiritual and philosophical meaning. This work which expresses a longing for an unreachable absolute is one of Liszt’s most beautiful works.

Transcendental Studies, n° 10 and n° 12 Chasse-Neige
Liszt’s Studies fully deserve their intimidating title as they indeed are the most representative of Liszt’s phenomenal technique. But in addition to their difficulty, Liszt's genius was to create a fusion of brilliant virtuosity and poetry of which the Tenth study (untitled but often called "Appassionata", originally by Busoni), is a good example. Chasse-Neige is the latest study of the cycle. With its tremolos and chromatic gusts, it is meant to give us the vision of a landscape caught in a snowstorm.

Funérailles (from “Harmonies Poétiques et Religieuses”)
Funérailles (1849) was inspired by the memory of Hungarians killed during the uprising of 1848 against the Habsburg Empire. It is a kind of elegy whose first part, by means of a threatening death knell, evokes the inexorable progress of the enemy. It then becomes a funeral march interrupted by a thunderstorm section where the outcome will be fatal.

Paraphrases - Miserere from “Trovatore” (Verdi), The Death of Isolde from “Tristan und Isolde” (Wagner), Faust Waltz from “Faust” (Gounod)
Liszt’s paraphrases and transcriptions of operas are important in his output because he doesn’t just condense partitions but instead pushes the limits of the "possible" on a piano to give the illusion of a simultaneous re-creation of the tone, colors and breadth of an orchestra, singers and choir.
In The Death of Isolde, Liszt managed the feat of transferring the musical orchestral counterpoint on a keyboard of 88 notes. Thanks to a clever combination of tremolo, chords and arpeggios, he succeeds admirably in rendering Wagner’s original intentions.

 

Robert Schumann - Carnaval Op. 9
Schumann composed Carnaval between 1834 and 1835 when he was twenty-five. The four notes that recur in each of the twenty one pieces meant to be played (one piece, Sphinxes, is intended to be read during the performance but not to be played) are, E flat, C, and B corresponding to ASCH in the German notation where E flat is transcribed into S. They correspond both to the letters of Asch (now in Bohemia), the birthplace of Ernestine von Fricken, his pupil with whom he had fell in love before leaving her for Clara, the true love of his life, and the musical letters in his own name.
Carnaval is loosely based on the comic, unfinished novel by Jean Paul, Flegeljahre which revolves around an inheritance that the hero must deserve by subjecting himself to an absurd obstacle course that includes the tuning of a piano for one day, the hunting of a hare, but also becoming a gardener, lawyer and pastor or also spending a week with each of the unfortunate heirs. Papillons Op. 2 is more directly inspired by Flegeljahre. Carnaval is full of all this zaniness in the form of variations named after members of the Davidsbund, Schumann’s fictional secret society at war, alongside characters from the commedia dell'arte, against the Philistines of music. During this fantastic carnival, appear Pierrot, Harlequin, Coquette, Pantalon and Columbine, Ernestine (Estrella), Clara (Chiarina) but also Chopin, Paganini and Schumann himself behind the masks of his pseudonyms Eusebius the dreamer and Florestan the passionate (corresponding to Walt and Vult, the twins who, in Flegeljahre, share their prom dress, thus symbolically merging action and feelings so that Wina can love Vult by thinking he is Walt). The work ends with the triumphal and mocking march of the Davidsbund against the Philistines.

Robert Schumann transcribed by Franz Liszt - Widmung (Op. 25 n° 1 from Myrten) S. 566
This lied on a poem by Friedrich Rückert is the dedication of the Myrten Op.25 Schumann cycle. The poem as the music, especially in Liszt's burning transcription, is a concentrate of romanticism:
"O thou tomb in which I buried my torment forever. You are rest, you are peace, You have been given to me by Heaven"

Franz Liszt - Venezia e Napoli S. 159
Composed in 1840, revised in 1859 and published in 1861 as a supplement to the Years of Pilgrimage, the works that constitute Venezia e Napoli are in fact paraphrases. In the first, Gondoliera on a song by Peruchini, water trills swirl around the original theme. In the second, Canzone on the aria "Nessun Maggior Dolore" from Rossini's Otello, the left hand sketches the theme on an ostinato of tremolos at the right hand, then the roles are reversed. The diabolical Tarantella is inspired by a theme of Correia.

Franz Liszt - Gondole Lugubre No.2 S.20
Composed in 1885, one year before the death of Liszt, the origin of this dark work is less mysterious than its predecessor’s, the first Lugubre Gondola which according to legend was written in 1882, after a premonition that Liszt is said to have had on the death of his son in law Richard Wagner in Venice. Wagner did die suddenly in Venice in 1883. The second Gondole Lugubre evokes the funeral gondola carrying the remains of Wagner on the Grand Canal.

 

Polymnie

 

The interpretations are aristocratic and poetic, yet strong enough to encompass the big moments of the true romantic tradition as represented by such pianists of the past as Joseph Lhevinne. Very few pianists of our time have this kind of elegance and taste Ms.Bonnecaze has.
Harold Schonberg, New York Times music critic


Véronique Bonnecaze gives this feeling of obviousness, prerogative of the best ; she is one of them, without a doubt.
Piano-Magazine


Ms.Bonnecaze's artistry is impressive. She unleashes an impressive amount of energy sourced in a deep knowledge of the big picture to bring forward the music and nothing else.
Alain Lompech music critic with Le Monde and Diapason


Véronique Bonnecaze graduated from the Bordeaux Conservatoire aged 14 with the highest grades. She was then admitted to the Paris Conservatoire where she obtained a First Prize in piano and chamber music. She completed her training at the Julliard School of New York. She won prizes or was a finalist in many international piano competitions among which Geneva, Mavi Marcoz, Chopin Palma de Majorca, Pescara, Jaen...
She gave frequent solo recitals and concerts with orchestra in France (Salle Gaveau, Salle Cortot, Théâtre de l’Athénee, etc...), in Austria (Salzburg Mozarteum), Germany, Switzerland (Geneva Victoria Hall), United States (Weill Hall, New York) but also in Belgium, Spain, Italy, Hungary, Sweden, Greece, Japan, etc... In her core repertory, she has particular fondness for masterworks of Chopin, Schumann, Liszt, Scriabin, Rachmaninov, Debussy and Ravel.
Her recording of Chopin’s 24 Études was praised by critics. For the composer’s bicentenary in 2010, Véronique Bonnecaze recorded a CD of some of his last works. Her recording of Chopin's 24 Études was reviewed enthusiastically by music critics, in particular by the late Harold C. Schonberg of the New York Times. In 2010, for the bicentenary of Chopin's birth, Véronique Bonnecaze recorded some of Chopin's late works.
In addition to her concert pianist schedule, Véronique Bonnecaze also teaches a piano class at the École Normale de Musique de Paris Alfred Cortot and gives masterclasses in France, Ireland, Japan and Sardinia (Cagliari Summer Academy). Véronique Bonnecaze also has a passion for organizing musical events. She created the Arcachon International Piano Competition, the "Harmonies du Soir" series of concerts at the Hotel Plaza Athénée in Paris, and just started a season of concerts at the "Cercle France-Amériques" in Paris.

 

 

Polymnie

Polymnie

Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •