Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie
 
Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Dobrowen, Grieg, Schnittke
Boris Garlitsky, violon • Elena Garlitsky, piano

POL 210 138

11
télécharger le bon de commande



 
 
Polymnie

PolymniePolymniePolymnie

 

Dobrowen,
Sonate pour violon et piano en fa dièse mineur, opus 15*
*premier enregistrement mondial

Grieg,
Sonate pour violon et piano n° 3 en do mineur, opus 45

Schnittke

A Paganini pour violon seul

 

 

   
         
   

Issay Dobrowen, Sonate pour violon et piano en fa dièse mineur, op. 15
Issay Dobrowen (1893 - 1953) -on trouve aussi l’orthographe Dobrovein - est mondialement connu en tant que pianiste et chef d’orchestre. Né à Nijni Novgorod, il commence à composer dès l’âge de 16 ans, principalement inspiré par Scriabine, Rachmaninov et Nicolas Karlovitch Medtner (1880-1951). De 1901 à 1911, il étudie au Conservatoire de Moscou, dans la classe de Taneev et Igoumnov, avant de se perfectionner à Vienne, avec Godowsky. En 1921, Issay Dobrowen fait ses débuts comme chef d’orchestre au Grand Théâtre du Bolchoï. En 1923, il dirige l’opéra Boris Godounov de Moussorgsky, à Dresde, lors de sa première en Allemagne. À partir de 1930, il s’installe à Oslo et devient citoyen norvégien. Entre 1931 et 1935, Dobrowen est chef principal de l’orchestre symphonique de San Francisco, et se produira par la suite, tantôt comme pianiste, tantôt comme chef d’orchestre, se faisant reconnaître comme un génial interprète de la musique russe. Il laisse des œuvres personnelles riches et variées, nourries du romantisme et inspirées de Scriabine et Rachmaninov : des balades, poèmes, danses pour piano, un Concerto pour piano et orchestre -qu’il a lui-même souvent interprété-, deux Sonates pour piano, des Sonates pour violon et piano, des romances et de la musique de scène. Écrite en 1914, la Sonate pour violon et piano en fa dièse mineur, op. 15, très appréciée des violonistes russes, est contemporaine du buste que fit d’Issay Dobrowen le sculpteur Hakob Gurjyan (1881 - 1948).
Les œuvres de Dobrowen sont malheureusement peu connues, parce que non rééditées et non enregistrées. Vous trouvez sur ce disque le premier enregistrement de la sonate en fa dièse mineur pour violon et piano, dont la dernière édition date de 1927.
Boris Garlitsky

Edvard Grieg, Sonate pour violon et piano n° 3 op 45 en do mineur
Comme l’écrit Harald Herresthal, Edvard Grieg (1843-1907) “est le plus grand musicien à qui la Norvège ait donné le jour. On pourrait s'étonner qu'un pays qui ne jouissait alors ni de son indépendance nationale, ni de longues traditions musicales ait pu produire un génie de cet éclat. (...) Mais de telles circonstances, par leur rudesse même, sont peut-être idéales à l'éclosion des vrais talents.” Avec la maturité, Grieg éprouve le désir de créer une musique révélatrice de l’identité de la Norvège, par le biais d’airs folkloriques qu’il ira directement puiser à leur source - une entreprise dont s’inspirera Belà Bartok. C’est le cas dans les Sonates pour violon et piano, où le “sentiment norvégien” est indéniable. Grieg fut particulièrement attaché à ces œuvres. “Elle caractérisent des périodes de mon évolution : la première ingénue et prolixe d’idées ; la deuxième nationaliste ; la troisième tournée vers de vastes horizons.” Plus de vingt ans séparent la composition de la Sonate pour piano et violon n° 3 op 45 en do mineur des deux premières. À cette époque, Grieg partage sa vie entre la composition et les tournées en compagnie de son épouse (sa cousine Nina Hagerup). La 3ème Sonate fut commencée en 1886, aux environs de Bergen, la ville natale du compositeur, quelques temps après l’installation de Grieg et Nina dans leur demeure “la Colline des trolls”. Il s’était passionné à en dessiner les plans -“mon plus bel opus jusqu’ici” -, tout comme l’avait fait pour sa propre résidence le compositeur Ole Bull, le premier, d’ailleurs, à reconnaître le talent du jeune Grieg. La 3ème Sonate fut créée le 10 décembre 1887, au Neues Gewandhaus de Leipzig, par Grieg au piano et le violoniste Adolph Brodsky. Elle connut aussitôt un immense succès, et est aujourd’hui considérée comme un des chefs d’œuvre de la musique de chambre norvégienne. En 1891 Grieg se fera construire près de “Troldhaugen”, un chalet, “mon petit atelier, dans lequel je mets tous mes espoirs”. “C'est là que j'aimerais reposer pour l'éternité”, disait-il.

Alfred Schnittke, A Paganini pour violon seul
Alfred Schnittke est né le 24 novembre 1934 à Engels. Son père, natif de Francfort-sur-le-Main, était venu en 1926 en Union Soviétique, et travaillait comme journaliste et traducteur. Dans les années 1946-1948 la famille se trouve à Vienne, où le père travaille dans un journal soviétique germanophone. C’est dans cette ville qu’Alfred Schnittke reçoit sa première leçon de piano. En 1948 la famille revient en Union Soviétique et, de 1953 à 1958, Schnittke étudie au Conservatoire de Moscou la composition et le contrepoint avec Jewgeni Golubew, ainsi que l’orchestration avec Nikolaj Rakow. C’est dans ce même conservatoire qu’il a enseigné ces mêmes disciplines, jusqu’en 1972. “Il faut témoigner que le passé existe pour y plonger ses racines. Je m’appuie sur la tradition pour la dépasser. J’appelle cela technique des styles multiples.” C’est ainsi qu’Alfred Schnittke définit son langage : son écriture cultive l’art de la juxtaposition, de la citation. A Paganini, pièce d’une grande virtuosité pour violon seul, cite ainsi plusieurs des 24 Caprices. D’autres compositeurs, tels que Liszt ou Rachmaninov, se sont également inspirés de ces pièces de Paganini dans leurs compositions pour piano. Schnittke a écrit de nombreuses œuvres pour violon, instrument qu’il affectionnait particulièrement, en partie grâce à la collaboration de Gidon Kremer, pour qui il était un père spirituel. Il a également composé des pièces pour piano, des pages symphoniques, et de la musique de chambre... Il est considéré comme un des principaux compositeurs polystylistiques.
Il est mort le 3 août 1998 à Hambourg.

Boris Garlitsky, violon
Né à Moscou en 1952, Boris Garlitsky a commencé ses études dans la classe de son père, professeur célèbre. Il donne son premier concert avec orchestre à l’âge de 13 ans, et, trois mois plus tard, remporte le “Prix Spécial” du Concours National de violon de Moscou. Il poursuit ses études au Conservatoire Tchaïkovsky avec Youri Yankélévitch. Vainqueur du Concours Paganini en Italie (1982), il est ex-violon solo des “Virtuoses de Moscou”, puis de l’Orchestre National de Lyon. Boris Garlitsky a interprété plusieurs grands concertos sous la direction d’Emmanuel Krivine, Jerzy Semkov, Pinchas Steinberg, Dmitry Sitkovetsky... Ses partenaires de musique de chambre comptent parmi les plus grands : Anne-Sophie Mutter, Pinchas Zukerman, Vadim Repin, Vladimir Spivakov, Truls Mork, Antonio Menesses, Gérard Caussé, Maria Joao Pires, Michel Dalberto, Christian Ivaldi. Concert Master de l’Orchestre Philharmonique de Londres, Boris Garlitsky est appelé comme violon-solo dans plusieurs orchestres renommés : London Symphony Orchestra, Royal Opera de Londres, l’Orchestre du Capitole de Toulouse, Baltimore Symphony Orchestra... Professeur au CNSM de Paris, il est invité à donner des master-classes dans les plus grandes structures internationales.

Elena Garlitsky, piano
Est née en Russie et a étudié aux Écoles Centrales de musique de Moscou. Elle a terminé ses études au Conservatoire Gnessine avec le Professeur A. Yoheles (piano) et V. Berlinsky (violoncelliste et fondateur de Quatuor Borodin). Elena Garlitsky a interprété la plupart des plus grandes œuvres de musique de chambre pour piano et violon, trio avec piano, et quatuor, partout en Russie, en Europe, notamment à Londres, Paris, Lyon, Cologne, Milan, Helsinki, Moscou, St- Petersbourg, ainsi qu’aux États-Unis. Sa carrière de chambriste a été également reconnue en tant que claveciniste avec le New European Strings Orchestra en compagnie duquel elle a interprété la Sonate de Schnittke pour violon, clavecin et orchestre de chambre à la salle “Musikverein” à Vienne. Elle a aussi été invitée comme soliste dans des festivals internationaux tels que Radio France, Schleswig-Holstein, Pablo Casals et lors de nombreuses émissions sur les programmes de musique de Moscou, de la B.B.C., Classic FM, et Radio France. Depuis 2005 elle est invitée de manière permanente par le London Philharmonic Orchestra lors des “Chamber Contrasts” à Wigmore Hall.

 

 

 



Polymnie

Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •