Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie








 




Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Dominique Preschez Libertate
Improvisations-Dédicaces à Gould, Ravel, Rimsky-Korsakov…
Dominique Preschez, orgue et piano


POL 127 141

16
télécharger le bon de commande


 
 
Polymnie Dominique Preschez
PolymniePolymniePolymnie
 

Dominique Preschez

Veni Creator
Parlando (d’après Gluck)

Hymne à la Vierge Marie

Sinfonia en trois mouvements
(d’après Gould)

Poème symphonique
(sur un thème de Thierry Pélicant)
Entre le Bœuf et l'Âne gris
(Noël traditionnel)
Regina Caeli

In Paradisum
(plain chant grégorien)
Adeste Fideles
(Noël traditionnel)
Dyptique
(d’après Shéhérazade et La grande Pâque Russe, de Rimsky-Korsakov)
Vocalise
(d’après Rachmaninov)
Boléro
(d’après Ravel)
Choral-Prélude
(de J.S Bach... à Debussy)

 
 

L’improvisation ainsi exprimée, à l’orgue et au piano, depuis mes jeunes années empreintes d’émotion pour cet art appris des jeux d’André Marchal, de Jean-Jacques Grunenwald, de Pierre Cochereau, de Jean Guillou, à l’orgue, ou de Keith Jarrett et de Chick Corea au piano, recrée ma vie chaque jour. Tantôt au piano, où que je m’éveille, tantôt en concert, ainsi qu’à l’orgue de Deauville, où j’accompagne souvent offices et messes, depuis 1984 : l’Orgue de l’église Saint-Augustin.
Accorder le sacré au profane est souverain pour celui qui puise aux sources de la vie tantôt citadine, tantôt rurale, telle qu’est mienne en maints endroits opposés, mais complémentaires par la délivrance d’énergie, d’émotions qu’ils transmettent ou libèrent, à Paris, à Deauville, à Trouville, au Havre, à Sainte-Adresse, à Saint-Gatien-des-Bois, à Caromb en Provence, à
l’ombre du Mont Ventoux ; autant de chants à travers les saisons, fusant de par le monde entier, alors qu’en un seul instant, le moment d’Improvisation peut révéler, tout soudain : mélismes sacrés, chansons populaires, thèmes de jazz, où que je m’éveille,
toujours en improvisant ma vie, comme un rêveur éveillé...


Polymnie


J’ai commencé ma vie d’improvisateur en 1971 - j’avais pris mes 17 ans -, improvisant sur l’incomparable Cavaillé-Coll de l’abbatiale de Fécamp, pour l’enregistrement de Confrontation Orgue et Poésie, avec le poète Yves Lemoine, et le comédien Vicky Messica, et trois titres illustrant bien mon tempérament d’instinctif, de rêveur éveillé, d’homme libre : Proliférations, Porte douce et Fioretti, qui me valurent encouragements et félicitations des deux maîtres Charles Chaynes, le compositeur, et Jean Guillou, le compositeur, le maître de l’orgue.
En 1998, après plusieurs années-silence à cause de mon AVC, j’enregistrai alors à l’orgue de Saint- Augustin de Deauville : Improvisations Passions, grâce aux Amis de l’Orgue de Deauville, et Pascal Leblanc, sur cet instrument qui m’est cher, depuis 1985 quand je fus nommé titulaire : orgue de renaissance, orgue de vie, orgue d’amour, orgue de consolation, orgue d’avenir, orgue du présent, orgue dédié à l’Esprit Saint, maintenant et déjà.

En 2006, vint à naître Ensemble et Création grâce à la volonté de Dominique et Nicole Galtier s’étant promis d’aider, de promouvoir le fruit de ma création musicale, qui soutinrent, organisèrent, produisirent mes concerts d’orgue, mes créations symphoniques ou de musique de chambre.
Grâce à Nicole Galtier (Ensemble et Création), l’enregistrement en concert, du double dvd Beklemnt, au grand orgue sans pareil de l’église Saint-Eustache, nous a valu 5 ***** DIAPASON pour deux improvisations Sur le nom de Jean Guillou, en hommage et reconnaissance, et Légendes en forêt, ainsi que ma transcription de la Vème Symphonie de Beethoven, en liesse, dans l’accomplissement ou la démesure de toute création en prise directe, de cet art de la transcription qu’il m’a toujours plu d’exercer, de Beethoven à Ravel, de Schubert à Mahler, de Bach à Stravinsky, comme nombre d’autres organistes, aujourd’hui.

Depuis lors, outre Soleils noirs produit c/o Ames / Harmonia Mundi, par Didier Lockwood, avec Caroline Casadesus, Jason Meyer, le Quatuor Via Nova, et Joachim Leroux qui dirige le Nouvel orchestre de chambre de Rouen, je vis dans l’harmonie partagée que dispensent à ma création, le label Polymnie et Gérard Durantel.
La transcription de l’œuvre pour orchestre, pour le clavier, s’exécute au moment voulu des âges de chaque existence que déterminent notre rêve d’enfant, la maîtrise de nos qualités apprises de l’expérience au contact des maîtres que nous avons choisis d’être tels ; rejoignant alors la constellation de ceux qui nous ont précédés, avec le devoir d’humilité reconnaissante, aux forces de l’Esprit. L’improvisation s’est, aujourd’hui, détachée de sa véhémence, ayant revêtu l’autre manteau de l’attente, du silence, d’imploration à vivre, d’amour.
L’improvisation bat à la pulsation du Cœur, chaque fois recommencée, binaire et ternaire qui s’épousent, s’immiscent l’un en autre, l’un sur l’autre, tantôt polymodale ou atonale... polyrythmique, tantôt tonale, aléatoire aux confins de terres lointaines qui me sont inconnues, que j’explore en musique tel un lâcher-prise sans peur ni retenue, comme passer de l’autre côté du miroir.
Depuis mon adolescence, je n’ai pas cessé d’exécuter transcriptions, improvisations, lors de concerts jamais pareils, grâce à l’échange en flux heureux, en échange et partage avec le public invité à proposer des thèmes musicaux, ou des arguments littéraires, poétiques.

Outre ce vitalisme de l’improvisation qui aura généré nombre de récitals d’orgue, et les offices religieux à tous les moments liturgiques, le travail de l’artisan qui m’anime, procède des découvertes musicales, sonores au gré des chants d’oiseaux à la campagne, ou dans les jardins publics, des rumeurs de la ville, du mouvement de la mer, des musiques dans les cafés, dans le métro, dans les gares ou dans la rue, à l’écoute d’œuvres nouvelles des compositeurs vivants, tout autant que de l’interprétation au piano du répertoire toujours recommencé de J.S Bach à nos jours jusqu’au compositeur de demain, qui naît peut-être aujourd’hui, dans la constellation.

Dominique Preschez

Polymnie


Dominique Preschez est né à Sainte-Adresse, près du Havre, où il a commencé l’apprentissage du piano, de l’orgue, avec Michel Vincent, organiste de Saint-Charles d’Alger, de l’harmonie et de l’analyse avec Max Pinchard, puis de l’orgue, et l’improvisation avec le prêtre compositeur Roger Chaudeur, organiste de la Basilique de Lisieux, aux Petits Clercs de Sainte-Thérèse.
Étudiant à la Schola Cantorum, dans les classes de Jean Langlais (orgue), Yvonne Desportes (contrepoint et fugue), Germaine Tailleferre (harmonie au piano), et Michel Guiomar (Histoire de la musique), il a bénéficié tout autant, de l’enseignement et des conseils, en composition, d’Henri Sauguet, d’Henri Dutilleux et de Jean-Louis Florentz.

Compositeur prolixe, renaissant après un AVC en 1992, son œuvre symphonique, de musique de chambre, d’œuvres sacrées pour chœurs ou instrumentales compte près de cent opus : trois symphonies, cinq concertos, une messe pour chœurs, orchestre, soli et orgue, de la musique de chambre : quintettes, quatuors, trios, duos et solos pour cordes et vents, musiques de scènes ou musiques de film, et mélodies pour la voix, qu’il affectionne, en particulier. Écrivain, il a publié poésie, roman, essais et une pièce de théâtre aux éditions Seghers, Robert Laffont, Fata Morgana, Les Brisants, et récemment un nouvel ouvrage aux éditions Tinbad : Le Trille du diable - romans.
Il enseigne la composition, et l’improvisation en atelier au Conservatoire International de Musique de Paris (CIMP). Dominique Preschez est Premier Prix de Poésie Pierre-Jean Jouve et Chevalier des Arts et des Lettres. 

Ensemble et Création
Née il y a 10 ans, cette structure désirait accompagner l’oeuvre de Dominique Preschez afin d’établir une relation étroite entre cet artiste multidisciplinaire et un public fidèle toujours plus accru.
Compositeur d’un catalogue multiforme et prolixe, auteur d’une oeuvre littéraire, tout autant que virtuose de l’orgue renommé pour ses improvisations en France et à l’étranger, conférencier, musicologue, Ensemble et Création souhaite à toute génération de goûter l’oeuvre de cet auteur solitaire et nomade. A l’écoute de ce double album, on ne peut que le féliciter et "se" féliciter de ce travail en partage.
Merci à l’organiste et pianiste qu’est Dominique Preschez.
Nicole Galtier / Ensemble et Création


Polymnie




Dominique Preschez was born in Sainte-Adresse, near Le Havre, learning the piano and the organ with Michel Vincent, organist at Saint Charles d’Alger, harmony and analysis with Max Pinchard, then the organ with the priest and composer Roger Chaudeur, organist himself at the Basilica in Lisieux with the Petits Clercs de Sainte-Thérèse.
As a student at Schola Cantorum, in the class of Jean Langlais (organ), Yvonne Desportes (counterpoint and fugue), Germaine Taillefer ( harmony on the piano), and Michel Guiomar (History of the music), he benefited from the teaching and advice of Henri Sauguet, Henri Dutilleux and Jean-Louis Florentz for composing. A prolific composer, having returned from a stroke in 1992, his symphonic works, chamber music, sacred works for chorus or for instruments, number about a hundred opus : three symphonies, five concertos, one Mass for chorus, orchestra, soli, and organ, chamber music, quintets, quartets, trios, duets, solos for string and wind instruments, music for the theatre or music for films, melodies for the voice which he particularly loves. As a writer, his poetry, novels, essays, and a play were published by Seghers, Robert Laffont, Fata Morgana, Les Brisants and recently, a new work Le Trille du Diable-romans by Tinbad. He teaches composition, and improvisation in workshops at the Conservatoire International de Musique de Paris (CIMP). He won the First Prize of Poetry Pierre-Jean Jouve. He is also Chevalier des Arts et des Lettres.

Libertate

Since my early years, deeply marked and moved by the art of music I learnt from André Marchal, Jean-Jacques Grunenwald, Pierre Cochereau and Jean Guillou on the organ, or Keith Jarrett and Chick Corea, on the piano, the improvisation, thus expressed on the organ and on the piano, provides me with a new life every day. Now on the piano, wherever I wake up, now at a concert, as well as on the Organ at Saint-Augustin church in Deauville where I have often accompanied offices and masses since 1984.
In music, matching the sacred with the secular benefits he or she who draws from the sources of life, at time urban, at others rural. Such a life is mine in many different, though complementary places thanks to the energy and emotions conveyed or released, in Paris, in Deauville, in Trouville, in Le Havre, in Saint Adresse, at Saint-Gatien-des-Bois, at Caromb in Provence, in the shade of Mont Ventoux ; so many songs throughout the seasons, erupting across the whole world, whereas, at once, the moment of Improvisation can suddenly let you hear: sacred melismas, popular songs, jazz themes wherever I wake up, improvising my life like a wide-awake life like a wide-awake dreamer. In 1971, having just turned 17, I began improvising on the incomparable Cavaillé-Coll at the abbey church in Fécamp, to make the recording of “Confrontation Orgue et Poésie”, with the poet Yves Lemoine, and the actor Vicky Messica, and three titles illustrating well the instinctive temperament of a wide-awake dreamer and free man : Proliférations, Porte douce and Fioretti, which won me encouragements and congratulations from two masters, the composer Charles Chaynes and the composer and organmaster Jean Guillou. In 1998, after several years of silence following my stroke thanks to “Les Amis de l’Orgue de Deauville” and Pascal Leblanc, I recorded “Improvisations Passions” on the organ at Saint- Augustin Church in Deauville. In 1985, I was appointed the holder of this organ, an instrument held dear to me ever since: organ of rebirth, organ of life, organ of love, organ of comfort, organ of the future, organ of the present, organ dedicated to the Holy Spirit.
2006 saw the birth of “Ensemble et Création” thanks to the will of Dominique and Nicole Galtier who had promised themselves to promote my musical creation by supporting, organising and producing my organ concerts as well as my symphonic or chamber music creations. Thanks to Nicole Galtier ( Ensemble et Création), the live recording of the double DVD Beklemnt during a concert on the unique Saint-Eustache church organ was awarded ***** DIAPASON for two improvisations Sur le nom de Jean Guillou, as a grateful tribute and Légendes en forêts, as well as my transcription of Beethoven’s 5th Symphony, jubilant, in the achievement, or extravagance of any live creation, of this art of transcription that I have always loved to practise from Beethoven to Ravel, from Schubert to Mahler, from Bach to Stravinsky, as many other organists today.
Since then, besides Soleils noirs produced c/o Ames/Harmonia Mundi, by Didier Lockwood, with Caroline Casadessus, Jason Meyer, the Via Nova Quartet and Joachim Leroux who conducts the New Rouen Chamber Orchestra, I live in the harmony that the Label Polymnie and Gérard Durantel both provide my creation. The transcription of orchestra works for the keyboard would be performed at the appropriate ages in one’s life determined by our childhood dreams, the control of the skills we learnt from the experience gained from working with the masters we chose. Thus joining the constellation of those who preceded us, with the duty of grateful humility towards the strength of the Spirit. Improvisation has now loosened its fierceness, after having taken on expectation, silence, plea for living, love.
Improvisation beats like a Heart, always repeated, following a double and triple time which match, interfere with each other, meddle, sometimes polymodal or atonal...polyrhythmic, sometimes tonal, aleatory, on the border of faraway lands unknown to me which I explore with music, releasing without fear or restraint, as if passing through to the other side of the mirror. Since I was a teenager, I have never ceased performing transcriptions, improvisations in concerts, different each time, thanks to the smooth exchange I had with the audience which was encouraged to suggest musical themes or literary and poetical subjects.
Beyond the vitality of improvisation which has produced a large number of organ concerts, and church services at every liturgical step, the craftsman leading me originates from musical and sonorous discoveries, birdsong in the countryside, from public gardens, city street noises, the breaking of waves, music in cafés, in the underground or train stations , listening to the new works of living composers, as well as the piano performance of the eternally replayed repertory of J.S.Bach, of today’s through to the composer of tomorrow, perhaps born today, in the constellation.
Dominique Preschez


Polymnie


Entendre Dominique Preschez improviser est assez stupéfiant, le voir est tout aussi impressionnant. Il se jette, bondit, se colle, s'écarte brusquement de son (ses) clavier(s), tour à tour, bras tendus, détaché, comme ailleurs, ou collé au plus près de ces mécaniques auxquelles il parle, chantonne, ordonne, les entraînant dans son délire créatif, tourbillon exalté tout juste interrompu pour annoncer de quelques mots, le titre de la pièce suivante.
Bien avant l'enregistrement, nous prévoyons comme de coutume pour calmer les angoisses des musiciens, une bonne journée et demie de travail, mais là, dès les premières notes posées, c'est un flot continu que boivent goulûment les micros hauts perchés. Du temps prévu pour l'enregistrement, nous n'enregistrerons finalement que cinq petites heures pour l'ensemble de ces deux disques.
Je me félicite de l'avoir poussé à tout donner d'un jet, comme le dessinateur qui, d'un seul coup de crayon, trace les contours du plus sublime des portraits.
Nous ne retiendrons pour l'ensemble de toutes ces pièces, qu'une seule et unique prise chaque fois, et je me réjouis de lui avoir suggéré pour un de ces thèmes la Fugue de Glenn Gould, qui reste à jamais une de mes friandises préférées.
Il n'y a que pour le Boléro, que j'ai pris sur moi de faire un montage pour glisser de l'orgue au piano. Dominique a apprécié mon idée, me permettant ainsi à mon tour de saluer Monsieur Ravel dont on dit souvent de sa musique, qu'il n'y a rien à jeter.
C'est non sans malice et avec plaisir que je pense que des éclats de Dominique Preschez ce Dimanche 23 Septembre après-midi en l'Eglise de Deauville, il y a tout à garder...
...ce que nous avons fait.

Gérard Durantel



Polymnie

Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •