Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie
 
Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Franz Liszt Intégrale des Rhapsodies hongroises
Denis Pascal, piano
réédition remastérisée digipack double cd

POL 150 107

Choc du Monde de la Musique Franz Liszt Recommandé par Classica

16
télécharger le bon de commande



 
 
Polymnie

PolymniePolymniePolymnie

 

Franz Liszt
Intégrale des Rhapsodies hongroises

"Un disque capital..."
Le Monde de la Musique

"Cette édition nous passionne..."
Classica


en écoute : Rhapsodie n° 14

 

   
         
   

Liszt et les Rhapsodies hongroises

“Il est grand comme le monde” : ce que Liszt disait de Haendel, comment ne pas le lui appliquer, avec autant de vérité ? C'est qu'il avait tout pour lui : la beauté séductrice, une intelligence pénétrante, une virtuosité conquérante, une culture prodigieuse, un sens aigu de l'art et de son devenir. Valérie Boissier, l'une de ses élèves, avait vu juste, qui disait : “la nature le créa dans un accès de magnificence”. Oui, l'auteur des Rhapsodies hongroises fait bien partie de ces “phares” si chers à Baudelaire qui illuminent tout à la fois leur temps et les siècles futurs.
De lui, nous retenons une demi-douzaine d'images.
1/ Le virtuose de l'estrade, à la technique transcendante – un mot qu'il applique à ses Études sans cesse revues, approfondies, magnifiées - mais qui se double d’un musicien-poète et novateur ouvrant les portes qui mènent au XXème siècle ; 2/ L’humaniste, lecteur boulimique des plus grands textes et des mythes éternels ; 3/ L’impresario-vulgarisateur qui défend l’art vivant et transcrit plus de deux cents oeuvres de quelque cinquante compositeurs, ses contemporains, afin d’asseoir, d’élargir leur renommée en un temps où n’existent ni disques ni radio-télévision ; 4/ L’homme de foi, qui finit par entrer dans les ordres et réclame pour l’Église une musique vraiment orante ; 5/ Le Hongrois qui, avec ses continuels voyages sur le vieux continent, devient Européen avant l’heure ; 6/ Enfin le Rhapsode, admirateur de la musique tzigane et voyant en elle l’expression directe, sublimée - et sublimante - d’un art profondément humain, et même universel.
Toute sa vie, Liszt fut fasciné -charmé, au sens antique du terme, par les Tziganes. Il avait tout juste six ans lorsqu’à Raiding - où il était né le mardi 22 octobre 1811 - le jeune Franz découvrit le monde, la musique, les danses étranges de ces êtres à peau sombre, aux yeux scrutateurs, au sourire énigmatique.
D’où vient et pourquoi cette fascination pour le monde tzigane ? Elle a évidemment plusieurs causes.
D’abord l’atavisme. Après tout, le père de Franz était lui-même un excellent instrumentiste, jouant fort bien de la flûte, du violon, de la guitare et du piano. Au château des Esterhazy dont il est le comptable et le régisseur, il avait pu rencontrer - entre autres - Haydn, Cherubini, Hummel. L’ambiance dans laquelle s’épanouit le jeune Liszt est donc musicale autant que diversifiée : à la maison, il écoute son père ; au château, il a pu entendre musique de chambre et orchestrale ; à l’église, les chants religieux viennent nourrir sa foi naissante mais déjà solide ; dans le village enfin, il accompagne de maison en maison ces musiciens au teint brunâtre que sont les “Bohémiens” et dont il subit sans s’en défendre l’impérieux
magnétisme.
D’où les emprunts, évocations qui émaillent l’ensemble des 19 Rhapsodies hongroises. Dans la forme, déjà, puisqu’elles reprennent et mettent bout-à-bout les deux volets si caractéristiques du Lassan (lent) et Friska (rapide) si chers aux Bohémiens. Dans leur idiome également, en soulignant, voire “arrangeant” certaines mélodies populaires : “Chant de Chlopiczky”, “Hanneton, jeune hanneton” dans la Sixième ; “Quand j’étais célibataire” dans la neuvième ; “Nous étions deux à l’aller, trois au retour” (!) et “La Forêt est belle lorsqu’elle est verte” dans la Treizième. Dans leur sonorité enfin. À cet égard, comment ne pas souligner le début, si chatoyant, si poétique, de la Onzième qui évoque à s’y méprendre
les timbres irréels du cymbalum ? On le voit, il y a bien osmose entre la musique populaire
des tziganes hongrois et Franz Liszt. Lequel en sera si fortement marqué, qu’un jour - nous
rapporte William Mason, son élève en 1853-54, Liszt ayant oublié la fin de thème lent de la
Sonate à Kreutzer, lui aurait distraitement substitué une cadence Verbunkos !

À l’étude de leur renommée, on s’apercevait vite que les Rhapsodies ont connu trois périodes distinctes. D’abord, dans les années 1848-53, elles furent accueillies avec enthousiasme, dans l’Europe entière, (Liszt les jouait si bien !) et elles s’imposèrent vite comme un des pans les mieux connus de son oeuvre - même si l’on ne portait l’attention que sur certaines d’entre elles (les Deuxième, Sixième, Onzième, Neuvième (Carnaval de Pest). Puis vient une réaction brutale, épidermique, qui fit s’arc-bouter les Hongrois à la lecture du livre consacré aux “Bohémiens et à leur musique en Hongrie”. Une phrase qui trahissait la passion du musicien et une insuffisante connaissance de l’ethno-musicographie (mais comment en eut-il pu être autrement dans les années 1850 ?) : “La musique hongroise n’appartient pas aux Hongrois mais aux Tziganes” ! Cette querelle fut pourtant dépassée et - troisième volet du triptyque - finit par calmer les esprits au début du XXème siècle. Bela Bartok - notamment - en fut l’artisan sincère, éclairé, qui, dans ses recherches, montra l’esprit novateur, anticipateur, et prophétique de Liszt ; qui, dans son discours de réception à l’Académie Hongroise des Sciences - en 1936 - osa mettre les points sur les i : “Les Rhapsodies - et je parle en premier lieu des Rhapsodies hongroises, sont, en leur genre, des créations parfaites. Il serait impossible de faire du matériau dont se sert Liszt un usage plus approprié, plus beau et d’un art plus achevé”.
C’est pourquoi, avec le recul du temps qui seul donne aux choses leur véritable dimension, les querelles qu’on lui fit apparaissent finalement vaines et, pour tout dire, hors de propos. À l’époque, Liszt n’avait évidemment pas les moyens de son ambition : il faudra attendre quelque soixante-dix ans (et l’électricité !) pour pouvoir mener à bien, sur le terrain, de véritables campagnes d’ethnomusicologie. Mais cette vérité du terrain - que son génie discerne et dont il s’émancipe tout à la fois - lui aura été finalement bénéfique. Cet homme de contradiction permanente, à travers ce folklore qu’il croit tzigane mais qui, en fait est hongrois, retrouve sa propre identité tout en rendant hommage à ses origines, (même s’il ne
parle pas la langue magyar !). En écrivant ses Rhapsodies, Liszt a fait un prodigieux travail de synthèse, de re-création musicale, esthétique et humaine. En cette Europe en pleine ébullition et qui, à partir de 1848, conquiert sa liberté en proclamant partout le “principe des nationalités”, il vit, lui aussi, une expérience exemplaire. C’est que, dans les Tziganes, il s’est reconnu, nomade comme eux, ne se laissant attacher par quiconque - même s’il recherche inconsciemment l’enracinement : en s’installant avec Marie d’Agoult en Italie, en se fixant quelque temps à Weimar, en entrant dans les ordres en 1865 - l’année même de Tristan... Comme ce peuple aventureux et fier, préférant l’inconfort à la sécurité, il se veut libre, tirant lui aussi, et à l’instar des Tziganes, sa substance et sa subsistance de son moi
intérieur, de sa propre musique. C’est pourquoi les Rhapsodies hongroises ne se réduisent
pas à la seule partition papier qu’elles dépassent de mille coudées. Elles doivent impérativement - à peine de se flétrir, de se scléroser et mourir - vivre, sans cesse et toujours.
Solliciter l’interprète comme son auditeur.
Et c’est bien pourquoi elles séduisent tant, aujourd’hui comme hier et demain, et les pianistes et le public. Les uns et les autres y trouvent un engagement farouche, la marque d’un génie exceptionnel, l’appel de la liberté, de la fraternité et un immense espoir. Y trouvent ce dont notre monde a le plus besoin et dont il ne saurait se passer : la Beauté.

Jean Gallois

Pol

Premier Prix du Conservatoire National de Paris en piano et musique de chambre, Denis Pascal est aussi lauréat des concours internationaux de Lisbonne, Concert Artist Guild à New-York et des Fondations Cziffra et Menhuin. Professeur au CNSM de Paris où il est l'assistant de Michel Béroff, Denis Pascal se produit très régulièrement sur les scènes françaises et internationales. Recherché par des partenaires d'exception comme Janos Starker avec lequel il joue souvent, il aborde avec le même bonheur le Grand Répertoire et la Musique Nouvelle. C'est ainsi qu'il a enregistré l'intégrale de l'œuvre pour piano de Joseph Marx, compositeur autrichien post-romantique ou les "Sonates" de Beethoven avec Alain Marion. Denis Pascal nous offre ici une des très rares intégrales des "Rhapsodies" de Liszt avec une fougue et un brio incomparables.

 

Polymnie

en écoute : Rhapsodie n° 14

Polymnie

Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •