Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie
 
Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Mendelssohn, Beethoven, Fauré
Cathy Antoine, violoncelleChristophe Constantin, piano


POL 230 209

11
télécharger le bon de commande


 
  Polymnie

PolymniePolymniePolymnie

Mendelssohn
Chant sans paroles

Beethoven
Variations sur un thème de Mozart,Variations sur un thème de Hændel

Fauré
Elégie



en écoute : Beethoven, Variations sur Judas Maccabée de Haendel

 

   
 

Originaire de Moulins, Cathy Antoine fera ses études musicales dans cette ville puis au CNSM de Paris. Après avoir obtenu différents prix, elle entre à l'Orchestre d'Auvergne.

Christophe Constantin, originaire aussi de Moulins, fait ses études à Vichy, puis au CNR de Versailles. Il se perfectionne ensuite au CNSM de Lyon, où il obtient un Premier Prix. Insallé à Clermont-Ferrand, il enseigne, tout en se produisant souvent en compagnie de Cathy Antoine.

Polymnie

La Sonate pour piano et violoncelle N°1, en si bémol majeur (opus 45) fut composée à l'âge de 29 ans et destinée à Paul, le frère violoncelliste de Mendlesshon. Divisée en trois mouvements, l'œuvre s'ouvre par un Allegro Vivace très enlevé, fondé sur le principe de l'augmentation rythmique. Le premier thème se caractérise par l'ampleur de sa mélodie tandis que le second présente un procédé typiquement mendelssohnien avec les croches répétées de l'accompagnement. La partie de piano joue un rôle clef dans le développement qui suit.
Très original, l'Andante, de forme lied, parvient à une synthèse entre les caractéristiques d'un mouvement lent et celles d'un scherzo.
L'esprit de l'Allegro Assai s'apparente à celui du mouvement initial, mais ici Mendelssohn abandonne les schémas classiques (sonate, rondo) et aboutit à un résultat nerveux et inventif.

Ludwig van Beethoven (17 décembre 1770, 26 mars 1827)
Jean Witold écrit à propos de Beethoven : "Etant donné ses richesses d'idées, son bouillonnement imaginatif, ses incessantes recherches vers un langage nouveau, il nous paraît tout naturel que, comme presque toutes les compositeurs de son époque, Beethoven se soit attaché aux multiples facettes et aux agencements de rythmes, de mélodies et d'expression que lui offrait la variation". Douze variations pour violoncelle et piano sur un thème de "Judas Maccabée" de Haendel, en sol majeur, WoO 45. Elles furent composées en 1796 (il a 26 ans), et dédiées à la princesse Christine von Lichnowsky, épouse du prince protecteur du musicien, l'une des meilleures pianistes de la noblesse viennoise. Elles furent éditées l'année suivante par Artaria. Le thème choisi par Beethoven est l'air "See the conq'ring hero comes", dit également aria "Tochter Zion".Les sept variations pour violoncelle et piano sur "Bei Männern, welche Liebe fühlen" de La Flûte enchantée, de Mozart, en mi bémol majeur, WoO 46, datent probablement de l'année 1801. Beethoven a 31 ans. Elles furent dédiées au comte de Browne et furent éditées en 1802 par Mollo, à Vienne.

Elégie est un terme indiquant, de façon générale, une conposition d'inspiration lyrique et douloureuse. L'Elégie en ut mineur op. 24, fut composée en 1880 à l'âge de 35 ans. Célèbre, dédiée au violoncelliste Jules Loëb, crée à Paris, à la Société Nationale, le 15 Décembre 1883 par son dédicataire. L'expressivité de cette partition, et sa belle pureté de lignes, en ont assuré le succés, -qu'une réalisation plus tardive avec orchestre a confirmé : elle en a sans doute accentué encore le pathos, sans en préserver toutefois la poignante intimité. Fauré a témoigné une grande prédilection pour le violoncelle. Outre les deux admirables sonates écrites à la fin de sa vie, on remarque la place particulière réservée à cet instrument dans maintes œuvres de musique de chambre, tel l'Adagio du 1er Quatuor avec piano, le début et l'Andante du Trio avec piano, le final du Quatuor à cordes ; mais il faut aussi souligner le rôle essentiel du violoncelle dans les orchestrations de Fauré. Julien Hamelle, son éditeur, l'encourage beaucoup à faire de l'Elegie une sonate entière. Ce projet de sonate explique l'ampleur du morceau et sa forme ternaire (A.B.A.) ; mais les années passèrent et la sonate pour violoncelle ne fut pas complétée.

 

Polymnie

en écoute : Beethoven, Variations sur Judas Maccabée de Haendel

Polymnie

Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •