Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie
 
Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Tradition de la transcription
Octuor Nepomuk  Christophe Patrix, Dominique Voisin, hautbois  François-Xavier Boutton, Christian Monne, clarinette  Sandrine Charluet, Philippe Recard, basson Nicolas Gaignard,David Harnois, cor Nicolas Charron, contrebasse

POL 590 430

11
télécharger le bon de commande



 
 
Polymnie

PolymniePolymniePolymnie

 

Mozart
Symphonie n° 25

Corea
Children's songs

Schubert
Symphonie n°5

Satie
La Belle Excentrique


en écoute : Satie, Marche Franco-lunaire

   
         
   

L'Octuor à Vents NEPOMUK a 20 ans ! (1984 - 2004)

polymnie

Au commencement, il y eut l'amitié entre huit musiciens, tous issus du riche terreau des harmonies municipales puis des conservatoires.Un jour, ils se mirent à rêver d'octuor à vents, de ces jardiniers domestiques, instrumentistes à vents du 18ème siècle, répétant quotidiennement au château pendant leurs heures de repos. Le nouveau-né prit le nom de "Nepomuk", prénom de Hummel, compositeur de la première pièce travaillée par l'octuor. Nepomuk grandit, se nourrissant de sérénades classiques et romantiques, de transcriptions d'opéras de Mozart et enfin de pièces contemporaines. Ces huit compères firent leur chemin, élargissant leurs horizons. Certains partirent, d'autres les remplacèrent. Une contrebasse est venue enrichir la formation. Aujourd'hui, l'amitié et la passion sont toujours les motivations principales de l'ensemble, et Nepomuk, désormais fort de ses neuf musiciens, a décidé, grâce aux talents d'arrangeurs de plusieurs de ses membres, de jouer son propre répertoire de transcriptions.Comme au temps des jardiniers, musiciens d'octuor. Formation reine de la musique de chambre pour vents, l'octuor offre par sa composition instrumentale un large potentiel de dynamiques permettant de passer rapidement du registre de la musique de chambre à celui de l'orchestre. C'est précisément ce qui a motivé les compositeurs du 18me siècle - parmi lesquels Wolfgang Amadeus Mozart, Ludwig van Beethoven, Franz Krommer, Johann Nepomuk Hummel. - qui ont exploité cette particularité en adaptant pour l'octuor les symphonies et les opéras. Formation de divertissement très prisée des nobles et outil de diffusion idéal grâce aux transcriptions, les princes de cette époque en tiraient profit en faisant "jouer des opéras à moindres frais". La présence d'un contrebasson ou d'une contrebasse en doublure du second basson s'est avérée nécessaire pour donner de la profondeur au son de l'ensemble. Plus proche de nous, Igor Stravinsky est certainement le compositeur qui a exploité à l'extrême l'octuor à vents, par l'écriture et la connaissance parfaite du mélange des timbres, mais aussi en variant son effectif jusqu'à obtenir une formation d' "harmonie de chambre". Formation se suffisant à elle-même ou noyau à géométrie variable, l'octuor à vents met à disposition des transcripteurs un formidable univers de sons.

polymnie

MOZART (1756-1791) Symphonie n° 25 en sol mineur KV.183

La vingt-cinquième symphonie de Mozart fut terminée le 5 octobre 1773. Au printemps de cette même année, la famille Mozart s'était installée dans un nouvel et grand appartement à Salzbourg situé sur la Hannibal-Platz (aujourd'hui Makart-Platz). En septembre 1773, Mozart était revenu de Vienne sans la nomination de Konzertmeister espérée, même après une audience avec l'Impératrice. Le choix de la tonalité de sol m de la vingt-cinquième symphonie ainsi que certaines particularités rythmiques et chromatiques montrent chez Mozart un état de tristesse et de déception, état d'un jeune homme qui va avoir dix-huit ans, brutal mais non violent, plus sauvage, et plus enclin à extérioriser ses états d'âme. On pourrait trouver dans cette symphonie de grands points communs avec une symphonie de Vanhal, et notamment des procédés de construction et de style, mais la vingt-cinquième symphonie n'en reste pas moins une des créations les plus personnelles de Mozart.

 

polymnie

CHICK COREA Children's Songs

La première rencontre de Chick Corea avec le jazz a lieu avec les disques de Charlie Parker et de Bud Powel écoutés sur l'électrophone familial. Il se lance dans la musique et suit une formation supérieure classique de piano à la Julliard School. Il joue dans diverses formations de jazz, où il se distingue par ses chorus en phrases concises et sa disponibilité pour des rythmes différents. Il est engagé par Stan Getz pour remplacer le vibraphoniste Gary Burton dans son quartet, puis prend la place de Herbie Hancock dans le quintet de Miles Davis pendant sa période électrique. Il restera jusque vers la moitié des années soixante-dix dans ce mouvement de Jazz Fusion. Chick Corea est aujourd'hui un des pianistes de jazz les plus brillants en solo, bénéficiant d'une solide connaissance de l'histoire et de la tradition de son art, après s'être imprégné des grands maîtres - notamment de Thélonius Monk - dont il reprend des compositions sur plusieurs de ses disques. Les Children's Songs sont un exemple de l'éclectisme de Chick Corea : la partition complète est composée d'une succession de petites pièces d'un caractère assez populaire, qui traduisent "la simplicité et la beauté de l'esprit des enfants" Chick Corea. Cette partition rappelle étrangement le Children's Corner de Debussy, dont l'esprit général est très similaire à celui des Children's Songs de Chick Corea. Cette œuvre a été écrite entre 1971 et 1980 ; les Children's Songs n° 1 à 15 ont été écrits pour le piano Fender, et les n° 16 à 20 pour le piano acoustique. "Ces petites pièces se prêtent admirablement à de multiples manières d'adaptations orchestrales". Chick Corea

 

polymnie

SCHUBERT Symphonie n°5 en si b Majeur D. 485

Ecrite rapidement dans le courant de septembre 1816 et achevée le 3 octobre, cette symphonie situe Schubert à mi-chemin de son œuvre symphonique. Contrairement à la quatrième symphonie en ut M (D. 417) composée quelques mois plus tôt, et qui correspondait à un projet relativement solennel, la cinquième symphonie de Schubert est volontairement une œuvre intime se rapprochant de la musique de chambre. Elle l'est par son effectif orchestral original réduit (qui ne comporte ni trompettes, ni timbales, ni même clarinettes), et par ses dimensions. C'est à une situation charnière que se situe cette symphonie : elle est la dernière des symphonies d'adolescence. La situation de la symphonie en si b au sein de cette période en explique le contenu : jamais une "tentation mozartienne" n'a été si forte chez Schubert. La première exécution de cette symphonie eut lieu au sein d'un orchestre d'amateurs qui se réunissait régulièrement sous la direction d'Otto Hatwig, probablement dans la nouvelle demeure de Schubert. Ferdinand Schubert tenait une partie de violon, et Franz Schubert une partie d'alto. La symphonie connut là un succès chaleureux. Elle ne fut néanmoins jamais jouée publiquement du vivant de Schubert.

 

polymnie

SATIE (1866-1925) "La Belle Excentrique ", Fantaisie sérieuse

La Belle Excentrique est une commande d'Elise Jouhandeau passée à Eric Satie en 1920. Le "cahier des charges" en était un peu spécial : il s'agissait de lui écrire une musique pour un récital censé la propulser sur les planches en tant que danseuse excentrique, sous le nom de Caryathis, nom inspiré par son allure de statue. Restant fidèle à son principe des œuvres en trois parties (triptyques), Satie composa alors trois danses pour piano à quatre mains - la Marche franco-lunaire, la Valse du mystérieux baiser dans l'œil et le Cancan grand-mondain - qui furent créées le 16 juin 1921 au Théâtre du Colisée, sous le titre global de la Belle Excentrique. Pour isoler chacune des trois pièces de l'œuvre, Satie ajouta un intermède à exécuter entre ces trois danses - la Grande Ritournelle - , ce qui permettait à la danseuse de quitter la scène pour changer de costume. A la création de l'œuvre, les costumes et masques avaient été dessinés par un certain Jean Cocteau.

 

 

 

Polymnie

en écoute : Satie, Marche Franco-lunaire

Polymnie

Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •