Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie  
Polymnie
 
Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Mais voici que Pan de sa flûte…
Flûtes et Voix

Anne-Catherine Picca, soprano Lucile Renon, flûte Anne-Laure Riche, flûte Patrice Bocquillon, flûte

POL 410 101

11
télécharger le bon de commande



 
 
Polymnie

PolymniePolymniePolymnie

 

Claude DEBUSSY (1862-1918) Syrinx (ou La Flûte de Pan)

Pierre-Octave FERROUD (1900-1936) Bergère captive

Arthur HONEGGER (1892-1955) Danse de la chèvre

Abert ROUSSEL (1869-1937) Deux poèmes de Ronsard
Rossignol mon mignon...
Ciel, Aer et vens...

Ladislas de ROHOZINSKI (1886-1938) Quatre Pièces (orig. flûte et violon) (arr. pour deux flûtes : L.Renon)
à Louis Fleury
à Jeanne Gautier
à René Leroy
à Yvonne Daudens

Jacques IBERT (1890-1962)
Pièce
Mon amante a les vertus de l’eau...

André CAPLET (1878-1925)
Du Printemps (manuscrit)
Ecoute mon coeur (R. Tagore)

André JOLIVET (1905-1974)
Cinq Incantations
Pour que la moisson soit riche qui naîtra des sillons que le laboureur trace.

Edgar VARESE (1883-1965)
Densité 21,5

Tristan MURAIL (né en 1947)
Unanswered Questions

DEBUSSY/NARBONI François (né en 1963
Syrinx de Debussy, mise en résonance pour trois flûtes

DEBUSSY/RENON
Trois Chansons de Bilitis
I La Flûte de Pan (arr. pour voix, deux flûtes flûte en sol)

   
         
   

 

Le 1er décembre 1913, dans le salon privé de l’industriel Louis Mors, l’actuel Théâtre du Ranelagh à Paris, le flûtiste Louis Fleury crée la musique de scène composée par Claude Debussy pour le poème dramatique Psyché de l’écrivain Gabriel Mourey. Intitulée Syrinx, elle évoque la dernière mélodie de Pan avant sa mort au début du troisième acte, dont la didascalie est la suivante : « Par moments {les nymphes} s’arrêtent toutes, émerveillées, écoutant la syrinx de Pan invisible, émues par le chant qui s’échappe des roseaux creux ». Le compositeur fait part de ses états d'âme à G.Mourey : Mon cher Mourey, jusqu’à ce jour, je n’ai pas encore trouvé ce qu’il faut ... pour la raison, qu’une flûte chantant sur l’horizon doit contenir tout de suite son émotion!- je veux dire qu’on {n'} a pas le temps de s’y reprendre à plusieurs fois, et que tout artifice est grossier, la ligne du dessin mélodique ne pouvant compter sur aucune intervention de couleur, secourable. (...) Après de nombreux essais, je crois qu’il faut s’en tenir à la seule flûte de pan, sans autre accompagnement. C’est plus difficile, mais plus dans la nature.
(17 Novembre 1913 Correspondance Debussy)

Mon cher Mourey, venez demain si vous le pouvez après déjeuner. Il n’y en a pas beaucoup mais c’est d’assez bonne qualité (20 Novembre 1913). A son tour, G.Mourey l’évoque dans ses Mémoires de Claude Debussy : C’est un véritable joyau d’émotion retenue, de tristesse, de beauté plastique, de tendresse discrète et de poésie. Avec cette œuvre, Debussy ouvre la voie du répertoire pour flûte solo, système Boehm.

Composée en 1921, La Bergère captive de Pierre-Octave Ferroud, compositeur lyonnais mort prématurément en 1936 à l’âge de 36 ans, est la première de ses Trois pièces pour flûte solo. La même année, le 2 décembre, au Nouveau Théâtre de Paris, René Le Roy, crée la Danse de la chèvre d’Arthur Honegger, pour le ballet La mauvaise pensée de S. Derek. Claude Dorgeuille cite dans La Flûte Française le texte retrouvé dans les archives de R. Le Roy, qui constitua l’argument fourni à A. Honegger : Tout en gardant son troupeau, le petit berger improvisait mélancoliquement sur sa flûte quelques airs calmes et plaintifs... Attirée par la musique, une petite chèvre s’était rapprochée et les oreilles dressées... elle écoutait... Soudain, alors que quelques notes plus rapides furent esquissées sur le pipeau, elle sauta de joie et ce fut l’appel à une véritable danse. Danse vive et joyeuse dont le rythme incitait la petite chèvre à sauter, sauter encore plus haut... Les traits rapides se succédaient, les cabrioles et les glissades de la danse également. Puis ce fut du charme, de la tendresse, la petite chèvre s’était faite câline.. pour reprendre tout à coup avec force et vigueur, encore plus vive et intense, sa danse endiablée... Mais épuisée, après tant d’efforts, elle finit par tomber, essoufflée, incapable de se relever, saccadant quand même par la tête son rythme admirable... Elle était morte. Désespéré, le cher berger ne put continuer à jouer et c’est sur une note longue.. oh, combien triste... qu’il dit adieu à sa petite chèvre.

Louis Fleury fut l’instigateur des rares pièces pour flûte et voix en suggérant à ses amis compositeurs cette formation peu courante. Les Deux Poèmes de Ronsard op. 26 d’Albert Roussel furent créés séparément par les dédicataires, Ninon Vallin pour Rossignol, mon mignon le 15 Mai 1924 au Théâtre du Vieux Colombier et Claire Croiza pour Ciel Aer et vens le 28 Mai 1924 à la Salle Erard. Votre art a magnifiquement embelli mes mélodies et grandement contribué à les faire connaître et apprécier. Je sais quel charme particulier leur donne votre interprétation et comme vous savez communiquer à vos auditeurs la foi ardente qui vous anime écrit Roussel dans une lettre à Claire Croiza, le 4 mars 1925. C’est cette même année que le chef d’orchestre et compositeur français d’origine polonaise Ladislas de Rohozinski, ami d’Albert Roussel, écrit ses Quatre Pièces pour flûte et violon. La première est dédiée à Louis Fleury et la troisième à René Le Roy. Elles sont présentées ici dans un arrangement pour deux flûtes. L.de Rohozinski qui fut l'élève de Vincent d'Indy a subi le charme ensorcelant du magicien des Nocturnes, mais polonais d'origine bien que de culture française, il a trouvé des accents très personnels, tant dans sa musique vocale que dans l'instrumentation raffinée des pièces de musique de chambre où il excelle ; nul mieux que lui n'a su combiner plus subtilement les timbres note René Dumesnil.
Composée en 1925, Mon amante a les vertus de l’eau est la seconde des Deux Stèles orientées de Jacques Ibert créées le 24 janvier 1926, sur un texte de Victor Segalen, qui écrit ses Stèles orientées en 1913.

Dans une lettre à Fleury du 1er août 1925, Jacques Ibert écrit à propos de ses mélodies : elles ne sont d’ailleurs pas difficiles -instrumentalement. C’est plutôt la mise en place qui semble délicate... et dans une autre lettre quelques jours plus tard, le 18 Août 1925, il prie Fleury de voir s’il n’y a pas d’erreurs d’articulations et si tous les coups de langue sont possibles comme {il} les {a} notés...
C’est sur un texte extrait du recueil Corbeille de fruits de Rabindranath Tagore, Prix Nobel de Littérature en 1913, qu’André Caplet compose en 1924 Ecoute mon coeur pour flûte et voix. Il en écrira une seconde version pour trio flûte voix et piano. Sa dernière oeuvre composée juste avant sa mort en 1925 est également une mélodie avec flûte, sur quelques strophes du long poème Du Printemps de Jean-Antoine de Baïf (1532-1589). Le manuscrit conservé à la Bibliothèque Nationale ne fut pas édité, ses amis Philippe Gaubert et Florent Schmidt souhaitant certainement respecter sa mort récente.

L’année 1936 vit naître trois oeuvres importantes qui enrichirent le répertoire pour la flûte seule : la Pièce de Jacques Ibert, évanescente et lyrique à la fois, les Cinq Incantations d’André Jolivet dont nous présentons ici uniquement la troisième, et Density 21,5 d’Edgar Varèse, dont l’écriture est la plus innovante pour l’époque. Elle fut écrite pour mettre en valeur la flûte en platine de Georges Barrère, son dédicataire, alors flûte solo de l’orchestre de New-York.
La pièce Unanswered Questions de Tristan Murail, compositeur majeur du courant spectral, fut créée le 5 Février 1995 par Patrice Bocquillon. Elle fut écrite en souvenir du compositeur Dominique Troncin, décédé prématurément.
En 2007, François Narboni percussionniste et compositeur, rend hommage à Debussy en écrivant Syrinx de Debussy, mise en résonance pour trois flûtes. Pour revenir à Debussy..., en 1937, l’éditeur Jobert a opté pour le titre Syrinx craignant une confusion avec La Flûte de Pan, première des Trois chansons de Bilitis composées en 1897. Nous en proposons ici une version pour voix et 3 flûtes (dont une flûte alto) dans un arrangement de Lucile Renon.

Polymnie

 

Après des études de violon et une médaille d’or à l’unanimité au CRR de Nancy, Anne-Catherine Picca s’oriente vers le chant lyrique tout en obtenant une licence de musicologie. Depuis elle enchaîne les rôles aussi bien classiques (Die Entführung aus dem Serail Idomeneo, Cosi fan Tutte, Die Zauberflöte, La Traviata, Giovanna d’Arco, Verdi Requiem, Madame Butterfly, etc.) que du répertoire du XXème (Souriceau stupide de D. Chostakovitch, Passeurs d’eau, Voici le Nouveau Jardin, Voix Marines de Thierry Pécou et Lonh de Kaija Saariaho).

Après avoir obtenu un 1er Prix au CRR d’Angers dans la classe de Marc Honorat, et une Médaille d’Or du CRR de Boulogne-Billancourt dans la classe de Céline Nessi, Lucile Renon a enseigné la flûte traversière pendant dix ans au Conservatoire de Cayenne en Guyane Française. Depuis son retour en métropole, elle n’a de cesse de mettre en valeur le répertoire de musique de chambre avec flûte. Outre son poste d’enseignement au CRC de Sarcelles, elle est également flûte solo du nouvel Orchestre Symphonique de Sarcelles et joue régulièrement au sein de l’Orchestre Paul Kuentz.

Anne-Laure Riche se produit en tant que soliste et au pupitre de grands orchestres, dans des salles telles que l’Opéra Comique, la salle Gaveau, le théâtre de l‘Ermitage et la grande salle de la Philharmonie de Saint-Pétersbourg. En 1995, elle fonde l’Ensemble Mélodia de Paris qui se produira à travers toute la France, soutenu par le mécénat musical Boehringer Ingelheim. Titulaire du Certificat d’Aptitude, elle enseigne au Conservatoire de Fontenay-aux-Roses et de Bagneux. Parallèlement, elle est également artiste peintre depuis de nombreuses années.

Membre fondateur de L’Itinéraire puis de l’Ensemble Fa avec Dominique My, Patrice Bocquillon a enseigné au CRD de Ville d’Avray jusqu’en juin 2012. Il est actuellement toujours professeur au CRC de Fontenay-aux-Roses. Il a animé de nombreux stages pédagogiques pour la préparation des Diplômes d'Etat et Certificats d'Aptitudes. Ses œuvres pédagogiques sont publiées aux éditions Salabert.

 

Polymnie




Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •