Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie








 




Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Jean-Sébastien Bach Au fil de l'eau… Suites n° 1, 2, 3
 
Bertrand Braillard, violoncelle


POL 132 153

Commander sur Clic Musique !

 
 
Polymnie
PolymniePolymniePolymnie
 

Jean-Sébastien Bach
Suites pour violoncelle seul

Suite n° 1 BWV 1007
Prélude
Allemande
Courante
Sarabande
Menuets 1 et 2
Gigue

Suite n° 2
BWV 1008
Prélude
Allemande
Courante
Sarabande
Menuets 1 et 2
Gigue


Suite n° 3
BWV 1009
Prélude
Allemande
Courante
Sarabande
Bourrées 1 et 2
Gigue



 
 

C’est  il y a exactement 300 ans, en 1720, dans une petite principauté de Saxe, Koethen, que Jean-Sébastien Bach compose,  en 1720, à l’âge de 35 ans, ses Six Suites pour violoncelle seul (Catalogue BWV 1007-1012), découvrant tout juste ce nouvel instrument.
Après de nombreuses désillusions artistiques dans sa jeune existence,  Bach est enfin accueilli, en décembre 1717, par Léopold, prince d’Anhalt-Köthen, grand amateur de musique. Il  nomme Bach, pour la seule fois de sa vie, maître de chapelle, en lui offrant un salaire très généreux !
Dans cette cour calviniste, la musique religieuse n’a que très peu de place, ce qui permet à Bach de jouir d’une liberté créative sans limites, la musique profane étant interdite dans la plupart des autres cours.
Il y compose alors la majorité de son œuvre pour instruments seuls, et pour orchestre, notamment les célèbres Concertos brandebourgeois. Il choisit lui-même, pour son orchestre, les 18 musiciens permanents venus de toute l’Allemagne, principalement de Berlin. Il en sera le directeur et le violon solo. C’est son époque artistique la plus heureuse. Elle se terminera en 1723, Jean-Sébastien Bach ne supportant plus de vivre dans la ville où sa première femme mourut. Il écrira sur son ami et protecteur Léopold : « un gracieux souverain qui non seulement aimait la musique, mais la connaissait ».



Les trois premières suites de Jean-Sébastien Bach sont, de mon point de vue, liées intimement entre elles. Les préludes  donnent à chacune leur propre caractère, tout en racontant une histoire commune.
J’imagine le nom Bach, sur lequel le compositeur, lui-même, aimait s’amuser. En français, il signifie ruisseau (der Bach) ; le violoncelle serait notre barque qui nous transporte au fil de l’eau…
La 1ère Suite, en sol Majeur, serait  une rivière bouillonnante, chantant la nature qui s’éveille autour d’elle.
La 2ème Suite, en ré mineur, plus mélancolique, serait un fleuve grandissant majestueusement à travers les
campagnes et les coteaux le jalonnant.
Puis la 3ème Suite, en do Majeur, plus forte encore, serait la vaste mer avec sa houle cognant sur les rochers et ses vagues s’alanguissant sur les plages.
Dans ces suites, après le Prélude, s’enchaînent de manière invariable des danses : l’Allemande, lente et noble ; la Courante, rapide, italienne ; la Sarabande, espagnole, lente à 3 temps. Puis, pour les deux premières suites, des menuets, français ; pour la troisième, des bourrées, auvergnates. Enfin, pour clôturer ce voyage à travers l’Europe des danses, une gigue, toute britannique.


Polymnie


Bertrand Braillard


Elève de Michel Tournus, de Klaus Heitz et d’Antonio Meneses, Bertrand Braillard obtient le diplôme de soliste de l’Académie de Musique de Bâle (Suisse) en 1994.
En 1997, il reçoit la bourse unique Piatigorsky par le Peabody Institute of Music de Baltimore afin de se perfectionner auprès de grands professeurs américains tels que Stephen Kates, Janos Starker et Leon Fleisher.
Bertrand Braillard s’est produit en France, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Suisse ainsi qu’aux Etats-Unis, notamment avec l’Orchestre Symphonique de Bâle dans le Concerto de Schumann et au Carnegie Hall de New York en 1997 et 1998 dans une intégrale des Sonates de Brahms.
Il joue avec les musiciens parmi les plus brillants de leur génération tels que Claire-Marie Legay, Caroline  Sageman, Nathanael Gouin, Pierre Dubousset (piano),  Ann-Estelle Médouze, Alexis Cardenas, Sébastien Surel, Bernard Le Monnier (violon).

Elève de Michel Tournus, de Klaus Heitz et d’Antonio Meneses, Bertrand Braillard obtient le diplôme de soliste de l’Académie de Musique de Bâle (Suisse) en 1994.
En 1997, il reçoit la bourse unique Piatigorsky par le Peabody Institute of Music de Baltimore afin de se perfectionner auprès de grands professeurs américains tels que Stephen Kates, Janos Starker et Leon Fleisher.
Bertrand Braillard s’est produit en France, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Suisse ainsi qu’aux Etats-Unis, notamment avec l’Orchestre Symphonique de Bâle dans le Concerto de Schumann et au Carnegie Hall de New York en 1997 et 1998 dans une intégrale des Sonates de Brahms.
Il joue avec les musiciens parmi les plus brillants de leur génération tels que Claire-Marie Legay, Caroline  Sageman, Nathanael Gouin, Pierre Dubousset (piano),  Ann-Estelle Médouze, Alexis Cardenas, Sébastien Surel, Bernard Le Monnier (violon).
Bertrand Braillard a été nommé violoncelliste solo des Concerts Lamoureux en 1994, a été invité par l’Orchestre National de France, l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philarmonique de Marseille, le Baltimore Symphony Orchestra (USA). Il est, depuis 2005, deuxième soliste de l’Orchestre National d’Ile-de-France.

"Beaucoup de poésie avec un grand sens du phrasé."
Washington Post



Polymnie


It was exactly 300 years ago, in 1720, in Koethen, that Johann-Sebastian Bach composed his six suites for solo cello (Catalogue BWV 1007-1012) at the age of 35, just discovering this new instrument.
After many artistic disillusions, Bach was finally welcomed, in December 1717, by Leopold, Prince of Anhalt-Köthen, a great music lover. In this Calvinist court, religious music had very little room, allowing Bach to enjoy unlimited creative freedom, as secular music was forbidden in most other courts. Here he composed the majority of his works for solo
instruments and for orchestra, including the famous Brandenburg Concertos. For his orchestra, he himself chose 18
permanent musicians and he will be the director and the violin soloist. It is his happiest artistic period. It will end in 1723.
He wrote of his friend and protector Leopold : «a gracious sovereign who not only loved music but also knew it».


The first three suites of Johann-Sebastian Bach are, in my opinion, intimately linked to each other. The preludes give
each one its own character, while telling a common story. Imagine the name Bach, which the composer himself liked to play words with. In English, it means stream (der Bach); the cello would be our boat that carries us along the water...
The first suite, in G Major, would be a bubbling river, singing the nature that awakens around it.
The second suite, in D minor, melancholier, would be a river growing majestically through the countryside and the
hillsides marking it out.
Then the third suite, in C Major, even stronger, would be the vast sea with its swell hitting the rocks, and its waves
languishing on the beaches.
In these suites, after the Prelude, dances are invariably linked : the Allemande, slow and noble ; the Courante, fast,
Italian ; the Sarabande, spanish, slow in 3 beats. Then, for the first two suites, minuets, french ; for the third,
Bourrées, from the Auvergne. Finally, to end this journey through the Europe of dances, a jig, all british.


In 1994, Bertrand Braillard received the soloist’s diploma from the Music Academy of Basel (Switzerland). In 1997, he was awarded the unique Piatigorsky Scholarship by the Peabody Institute of Music in Baltimore in order to perfect his skills with great American teachers such as Stephen Kates, Janos Starker, and Leon Fleisher. Bertrand Braillard has
performed in France, Germany, Spain, Italy, the United States and Switzerland, notably with the Basel Symphony
Orchestra in Schumann’s concerto, and at Carnegie Hall in New York in 1997 and 1998 in a complete set of Brahms sonatas. He plays with some of the most brilliant musicians of their generation such as Claire-Marie Legay, Caroline Sageman, Nathanael Gouin, Pierre Dubousset (piano), Ann-Estelle Médouze, Alexis Cardenas, Sébastien Surel, Bernard Le Monnier (violin).
Bertrand Braillard was appointed solo cellist of the Concerts Lamoureux in 1994, has been invited by the Orchestre National de France, the Orchestre de l’Opéra de Lyon, the Orchestre National de Lille, the Orchestre Philarmonique de Marseille, the Baltimore Symphony Orchestra (USA), and since 2005 has been second soloist of the Orchestre National d’Ile-de-France.


A lot of poetry with a great sense of phrasing.
Washington Post





Polymnie

Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •