Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie








 




Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Mozart, Brahms, Debussy
Introspections
Axia Marinescu, piano


POL 123 137

11
télécharger le bon de commande



 
 
Polymnie

PolymniePolymniePolymnie

 

Mozart

Sonate en la Majeur KV 331 

Thème et Variations

Menuet

Trio

Alla Turca


Brahms

Klavierstücke Op. 118
Intermezzo

Intermezzo

Ballade 

Intermezzo 

Romance

Intermezzo


Debussy

Images Premier livre 

Reflets dans l’eau

Hommage à Rameau

Mouvement 

   
         
   

Le choix du programme 

"Regarde à l’intérieur de ton cœur, là se trouve la source de ton bien. " 

C’est à la lumière de cette maxime de Marc Aurèle que j’ai entamé le chemin de la conception de ce CD. L’introspection dans la plus profonde intimité de moi-même a déterminé le choix du répertoire, qui à première vue paraît éclectique, mais qui repose en fait sur l’instance de l’intériorité et de la confession, comme fils conducteurs. 

Mozart, Brahms et Debussy se retrouvent dans une contrée où l’émotion dégagée relève de notre vérité individuelle en tant qu’être. La musique métamorphose la réalité objective, mais aussi la subjectivité individuelle, à travers un réseau de dispositifs intérieurs.
Le flux émotionnel engendré par les trois œuvres de cet enregistrement, ne se manifeste pas à la surface du monde extérieur, mais transforme notre sensibilité de l'intérieur. Tout cela se réalise par de petites étincelles d'énergie matérialisée dans la forme matricielle de la miniature, réunies sous la coupole du cycle des pièces (thème et variations dans la sonate de Mozart, six pièces de caractère contrastant chez Brahms, trois images distinctes chez Debussy). 

On parle donc de variations sur un thème introspectif... 


Les introspections d’une pianiste en trois étapes décisives 

1. Débuts mozartiens 

À l’âge de 11 ans, j’ai débuté sur scène en soliste, avec l’orchestre de la Radio roumaine. Ce fut lors des sessions des concerts dédiés à la découverte des jeunes talents. Se montrer sur scène à un âge tendre, devant le public impatient d’assister à un événement assez inhabituel - une petite fille se produisant au piano aux côtés de l’orchestre - cela ne fut pas facile, mais le 23e Concerto de Mozart m’accompagna dans cette étape importante. 

Je me souviens que le chef d’orchestre me dit lors de la dernière répétition : "Tu partages avec Mozart son esprit de musicalité ravissante". Je ne comprenais pas tout à fait en quoi cet esprit se traduisait à l’époque, mais j’ai associé cela à la joie et au bonheur que la musique de Mozart me procurait en la jouant.

Avec la maturation artistique qu’entraîne le passage du temps, Mozart s’est transformé pour moi en une inépuisable source de surprises, que j’ai tâché de vous faire découvrir sur cet enregistrement, à travers l’une de ses sonates les plus célèbres : la Sonate n°11 K. 331, en la Majeur, dite alla turca. Pourquoi à la turque ? Mozart s’inspire des musiques jouées par les fanfares des troupes de janissaires turques, qui traversaient l’Europe centrale à l’époque et dont les rythmes étaient très à la mode. La pureté mélodique et le caractère vif de cette sonate se tressent sur un motif omniprésent au long de la pièce : la danse, qui s'érige en présence rituelle et légitime le caractère fort populaire de cette œuvre. 

Mozart utilise une écriture de virtuose, avec des instants de bravoure technique et d’effets originaux de pédale sonore, rarement employés auparavant. Cependant, ces moments ne font que rajouter plus d'élégance à la forme tripartite organisée autour des thèmes français, sous le prétexte d'une effusion bienveillante. Tout cela agrémenté d’un sens de l’humour aimable et piquant à la fois, reflété dans une sonorité claire et parfois percussive, mais aussi douce et enveloppée - qui caractérise le phrasé mozartien - fait de cette sonate un chef d’œuvre de la littérature pour piano.


2. Brahms et la voie de la philosophie 

J’ai toujours ressenti le besoin de connecter la musique avec la beauté de l’Univers qui m’entoure, qu’il s’agisse de la beauté qui est à portée de main ou de celle qui semble cachée à nos yeux. J’ai alors trouvé que la beauté voilée de la pensée, tant qu’elle perdure attachée au cœur, comme le disait Pascal, nourrissait ma curiosité permanente vis-à-vis de la vie. Pendant mes études parisiennes en philosophie, Brahms devint mon compositeur fétiche. Proche de mon état d’âme, il accompagna mon chemin et éclaira ma quête, mes questions et mes introspections, sur un double sentier : la musique et la philosophie. Pendant 3 ans, j’ai dévoré le répertoire brahmsien avec une soif inassouvie. 

Dans ses Klavierstücke op. 118, ouvrage écrit vers la fin de sa vie et dédié à Clara Schumann, son grand amour de jeunesse, Brahms formule le testament musical de son vécu. Une atmosphère rêveuse s’installe dans la totalité du morceau, sur l’échafaudage de l’introspection des ressorts subconscients. Le compositeur se livre à l’expression des aléas de la sensibilité artistique, à l'aide d'un réseau de modulations et d'enharmonies subtiles, ainsi que par le biais du contrepoint et de la 

rotation des tonalités. Des respirations de lucidité sont glissées dans ce cycle par deux moments narratifs et poétiques : la Ballade et la Romance.


3. Debussy et l’éclat de la Beauté 

L’effusion débordante de nos sentiments et la réflexion intérieure se concilient dans chacun d’entre nous, pour aboutir à la diversité des émotions. C’est en cela même que les musiques de Mozart et Brahms s’insinuent dans le langage de Debussy, où la richesse des couleurs et la composition stylisée frôlent le sommet de la perfection. 

Le premier livre des Images, présente une conception de l'univers sonore comme instant figé en un cadre temporel mouvant, laissant de côté tout académisme borné. Il s'agit des structures où se mêlent rigueur et liberté, dans une recherche de la forme qui n'est jamais donnée, un peu comme dans l’œuvre fantasque de Gaudi, où pureté et naïveté entrent en réaction avec le sérieux et la grandeur, ou les peintures de Van Gogh qui expriment l’explosion de la fantaisie et de la force intérieure du peintre. 

Par l’intermédiaire de cette permanente métamorphose, Debussy se rapproche de l’exubérance du mouvement expressionniste, qui, je pense, caractérise sa personnalité artistique plus fidèlement que l’impressionnisme, courant auquel le compositeur lui-même n’aimait pas qu’on l’attachât. Le son se décline chez Debussy à la fois en chaos et logique, de même que l’Univers se définit, selon certaines approches de la physique actuelle, en tant que double identité onde – particule, pour faire place au jaillissement de la Beauté pure. 

Coda 

Au-delà du temps, des styles et des courants, la Beauté arrive à nous embarquer tous dans une union d’émotion profonde, qui inscrit l’instant présent de nos sentiments dans l’éternité. Je vous invite donc à aimer avec moi la Beauté et à descendre au fond de vous-mêmes à travers ces introspections musicales. 


Axia Marinescu 



Polymnie



Axia Marinescu est considérée comme une "pianiste charismatique, au discours souple et lyrique" (Opéra Magazine, Paris), douée "d’un vrai tempérament de soliste et une sonorité pleine de couleurs" (Théodore Paraschivesco). Son talent hors du commun est remarqué dès le plus jeune âge, quand elle remporte à 8 ans son Premier Prix international au concours Stresa, en Italie. Elle est lauréate de plusieurs compétitions internationales notamment en France, Italie, Grèce et Roumanie. À l'âge de 11 ans, Axia fait ses débuts avec l’Orchestre National de la Radio roumaine. Les critiques affirment à l’époque: "La jeune pianiste Axia Marinescu partage avec Mozart l’esprit du génie." 

Axia Marinescu a eu le privilège d’être guidée par des pianistes reconnus dans le milieu musical, qui ont façonné sa forte personnalité artistique : Jean-Claude Vanden Eynden, Réna Shereshevskaya, Théodor Paraskivesco, Dominique Cornil, Gabriel Teclu. Axia a donné des concerts à travers le monde et a été l'invitée de festivals célèbres tels que Piano aux Jacobins, Piano en Valois, L’Esprit du piano, Enesco etc. Son vaste répertoire démontre la richesse de sa musicalité et s’entend de Bach et Rameau aux compositeurs contemporains, dont elle a créé à maintes reprises les œuvres. 

Attirée très tôt par la musique, Axia Marinescu commence l’étude du piano à 5 ans au Conservatoire George Enescu, à Bucarest, où elle suit en parallèle les cours d’écriture, solfège, analyse et accompagnement au piano. Après en être sortie avec un Premier Prix à l'unanimité, Axia Marinescu continue ses études au Conservatoire de Lausanne (où elle est admise à seulement 17 ans directement dans la classe de perfectionnement), à l’Ecole Normale de Musique de Paris et au Conservatoire Royal de Bruxelles, établissement dont elle sort diplômée Magna cum laude. Axia Marinescu a été boursière de la fondation française Scheuring, 

Sa curiosité permanente et sa quête de la beauté l’ont amenée à étudier également la philosophie. Axia Marinescu est diplômée des Universités de Paris et a publié des articles et essais en Allemagne et Roumanie. Axia Marinescu est conférencière TED. Elle parle couramment cinq langues.

www.axiamarinescu.com 



Polymnie



The choice 

"Look well into yourself; there is a source of strength which will always spring up if you will look there "
It’s through the lens of Marcus Aurelius’ quote that I took the path of conceiving this CD. The introspection down to the deepest intimacy of my inner self determined the recording’s programme choice, which can appear eclectic at first sight, but is based in fact upon interiority and confession, as its essence. 

Mozart, Brahms and Debussy meet together on a realm where the emotion released points to our individual truth as human beings. Music transforms the objective world around us, as well as our individual subjectiveness, throughout a network of internal resources.
The emotional tumult which is triggered by the three works on this CD doesn’t explode at the surface of the outer world, but manages to change our sensitivity and perception from within. All this is realized by the means of tiny concentrated energy sparks, which are organized in the miniature form, and then reunited under the umbrella of the cycle of works (theme and variations in Mozart’s sonata, six contrasting character-wise compositions by Brahms and three distinct images by Debussy). Thus, the recording deals with variations on an introspective theme...


A pianist’s introspections - 3 decisive steps 

1. My début and Mozart’s music 

When I was 11 years old, I made my debut on stage as a soloist with the Romanian Radio Orchestra. It happened during the season dedicated to the discovery of young talents. Performing on stage at a very young age, in front of a public who is impatient to attend an unusual event - an 11 year old girl playing alongside the orchestra - was no easy undertaking, but I had Mozart’s 23rd piano concerto on my side. 

I remember the conductor telling me at the last rehearsal: "You share with Mozart the delightful sense of musical language". I didn’t know at the time what this particular sense was supposed to mean exactly, but I was linking it to the joy and happiness that Mozart’s music brought me while I was playing it. 

As time went by and I developed artistically, Mozart became to me an endless source of surprises, which I have tried to reveal to you throughout one of his famous masterpieces: the Sonata no.11 in A major, also known as Alla turca.
Where does the denomination alla turca come from? Mozart gets his inspiration from the music that the Turkish troops used to play while crossing the central part of Europe in the 18th century, which was very popular at the time. The melodic purity and the joyful character of this sonata are developed around the ritual presence of dance rhythms, which is common to all its 3 movements. Mozart uses a virtuoso writing style, with technical bravura moments and original pedal effects, which he had rarely applied to his piano compositions before. However, these dazzling elements are meant to add even more elegance to the sonata’s form, which is built on the structure of a French old song, under the guise of a kind effusion. 

All of this is garnished with Mozart‘s spicy sense of humor, reflected in the opposition of bright and gloomy sonorities, and in the subtle phrasing, which makes of this sonata one of the most important masterpieces of piano literature.



2. Brahms and the path of Philosophy 

Whether we deal with visible, obvious beauty, which is evident, or with beauty that seems to be hidden, I have always felt the need to connect music to the beauty of the world which surrounds us. I therefore realized that the veiled beauty of thinking, while remaining close to our hearts as the French philosopher Pascal was saying, was nourishing my permanent curiosity about life. During my Philosophy studies in Paris, Brahms became the composer which was closest to my soul. He was by my side guiding me on my journey, enlightening my search, my questions and my introspections on both music and Philosophy. For three years I had absorbed the Bramhs repertoire with unquenched thirst. 

In his Klavierstucke op.118, that he wrote in his final years and dedicated to Clara Schumann, the love of his youth, Brahms makes the statement of his musical legacy.
A dreamy atmosphere covers the entire work, built on the internal scaffolding of introspection and subconscious casts. The composer expresses artistic sensitivity guided by a network of modulations and enharmonic equivalents, as well as counterpoint and tonality rotations. 

A few flashes of lucidity are inserted in this cycle of 6 pieces via two narrative and lyric moments: the Ballade and the Romance.



3. Debussy and the explosion of Beauty 

Unrestrained expression of our feelings and inner reflection reconcile in each of us in order to achieve complete diversity of emotions. This is why I consider that the music of Mozart and Brahms influence Debussy’s language, where the richness of the colors and the stylized composition are at their peak. 

The first book of Images lays out a conception of the universe of sound as a still instance in a moving temporal setting, leavings aside all rigid academism.
We are dealing with a structure where freedom and rigor are mixed together, in a search of form which is never stable, a bit like in Gaudi’s works, where purity and naivety get along with seriousness and greatness, or like Van Gogh’s paintings expressing the painter’s incredible fantasy. 

This is why I would associate Debussy rather to the Expressionist movement than to the Impressionists, whom Debussy himself didn’t like to be linked with.
The sound is both chaos and logic in Debussy’s music, in the same way the Universe is defined by certain approaches of modern Physics as double identity: particle - wave, in order to explain the spring of pure Beauty. 

Coda 

Beauty is defying time, styles and trends – culminating in a union of deep and strong emotions, which engraves the present moment into eternity. I thus invite you all to love Beauty and dive deep down to your inner self, guided by these musical introspections. 


Axia Marinescu 



Polymnie



A concert pianist “who shows lyrical and plastic keyboard artistry” (Opera Magazine, Paris), Axia Marinescu features a “strong personality and an authentic soloist character, accompanied by a clear and colourful sound” (Théodore Paraschivesco).
Axia’s remarkable talent was recognized since she was very young. At the age of 8, she was awarded her first international prize at the Stresa competition in Italy. Axia is a winner of numerous awards in France, Romania, Greece and Italy. Axia Marinescu made a distinguished début when she was only 11 years old, with the Romanian National Radio Orchestra in Bucharest, being described by the critics as “an incredible young pianist sharing with Mozart the spirit of genius”. Axia performs solo and with orchestra around the world and she is often invited to play at various prestigious piano festivals: Piano aux Jacobins, Piano en Valois, L’esprit du piano, Enesco. Her vaste repertory includes works going from Bach and Rameau to contemporary composers, emphasizing her versatile musicianship. 

Axia Marinescu had the privilege to receive the guidance of internationally acclaimed pianists, who forged her refined and temperamental musical personality: Jean-Claude Vanden Eynden, Dominique Cornil, Rena Shereshevskaya, Théodore Paraschivesco and Gabriel Teclu.
Born in Romania and attracted to music very early, Axia Marinescu started studying piano at the age of 5 at the George Enescu Music School in Bucharest. She also studied music theory, harmony, counterpoint and composition. At the age of 17, Axia continued her studies at the Conservatory of Lausanne, being admitted directly in the Master Course and later at the École Normale de Musique de Paris and the Royal Conservatory of Bruxelles, where she received her degree with great honors. She was awarded the Scheuring musical Grant in 2010. 

Her steady curiosity and search of beauty led Axia Marinescu to study Philosophy, being a graduate of the Paris University. She is a TED speaker and her articles were published in Germany and her native Romania. Axia Marinescu speaks fluently five languages.



www.axiamarinescu.com



Polymnie


Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •