Polymnie
           
Polymnie   Polymnie   Polymnie  
  Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie  

Polymnie








 




Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie Polymnie


Polymnie
Polymnie Polymnie Polymnie
 


Alain Krotenberg Concerto pour violon, Grande Symphonie
Orchestres d'Ostrava et de Douai
Henry Wojtkowiak, direction Guy Comentale, violon Veronika Hajnova, voix d'alto Gérard Beureux, récitant


POL 701 133

11
télécharger le bon de commande


 
 
Polymnie
PolymniePolymniePolymnie
 

Alain Krotenberg

Concerto pour violon et orchestre Op.3
Allegro
Adagio

Grande Symphonie Op.33 pour orchestre et voix d’alto
Adagio
Allegro Moderato
Finale (avec voix d’alto) 


 
 

Alain Krotenberg

Alain Krotenberg est né à Paris le 5 septembre 1956 d’une famille d’origine juive polonaise. Très tôt passionné de musique classique, il commence le piano à l’âge de 7 ans. Après le baccalauréat, il débute ses études de médecine à Paris XIII, puis de psychiatrie, tout en continuant le piano et en se perfectionnant en composition, harmonie et contrepoint.
Ses premières compositions sont essentiellement des improvisations pour piano, qu’il joue en public notamment à la Salle Gaveau en 1986. Il décide alors à l’âge de 30 ans de débuter une carrière de compositeur de musique classique contemporaine à laquelle il mettra n 30 ans plus tard après avoir composé 33 œuvres dont 20 œuvres de musique maçonnique.
Pendant ces trente années Alain Krotenberg a mené une double carrière professionnelle (il est un des rares médecins en France dans ce cas !) : celle d’un médecin pédopsychiatre (dans le secteur médico-social) spécialiste des troubles du comportement chez l’adolescent en ITEP - Instituts Thérapeutiques Educatifs et Pédagogiques - et celle d’un compositeur pour qui la musique est essentielle à sa vie. Alain Krotenberg a écrit quatre livres de psychiatrie à destination du grand public :
L’envie d’aller mieux (Ed. Payot 2001 et livre de poche 2005 - Petite Bibliothèque Payot)
Mon corps et moi (Ed. Payot 2002)

Parle à ma tête, mon corps est malade (Ed. Tom Pousse 2018).
Scolarité et troubles du comportement : des solutions pour enseigner 2012 (Ed du Champ social)
Evoquant sa manière de composer, Alain Krotenberg reconnaît avoir beaucoup évolué entre ses premières œuvres (dont les concertos pour piano et violon) écrites dans un style néoclassique ou néoromantique et le concerto pour violoncelle, Fraternité pour 14 cordes, le Quatuor à cordes, Chana pour 18 cordes et vents, La Femme sextuor pour flûte soprano et 4 violoncelles, écrits tous les cinq dans un langage musical beaucoup plus contemporain, tout en conservant une ligne mélodique, même réduite, indispensable pour l’auditeur ! En effet, Alain Krotenberg aime citer cette phrase de Rachmaninov : Quiconque n’est pas capable d’inventer une mélodie qui s’impose, s’imprime et demeure, ne sera jamais un grand maître. Chez lui, le pédopsychiatre et le compositeur sont étroitement liés : "Bien que je n’aime pas trop le terme de musico- thérapie, chacune de mes compositions, écrit Alain Krotenberg, a été pensée pour provoquer chez l’auditeur une émotion agréable ou pas a n de le faire réagir et de l’aider à se poser les bonnes questions sur le sens de son existence et de son avenir". Après avoir écouté beaucoup de musique contemporaine, la musique sérielle, la musique dodécaphonique la musique dite "Concrète ", les musiques expérimentales, Alain Krotenberg reconnaît avoir été aussi in uencé par les vingt compositeurs classiques de Bach à Mahler (son compositeur préferé). Plusieurs œuvres d’Alain Krotenberg ont été jouées en public à Paris : L’Ode à l’Europe nouvelle, Le Concerto pour violon, les Trois mélodies pour mezzo-soprano et orchestre, le quintette à cordes Shoah.
Les Editions de Plein Vent éditent toutes les partitions d’Alain Krotenberg et ont produit 5 disques de ses œuvres:

- Shoah sorti en 1999

- Fraternités sorti en 2007
- La Femme sorti en 2011

- La Colonne d’Harmonie sorti en 2013
- La Légende d’Hiram sorti en 2014


Musique et Art royal dans l’oeuvre d’Alain Krotenberg

L’ensemble de l’œuvre d’Alain Krotenberg est marquée par le symbolisme, ce qui, d’une part, lui donne cette couleur si particulière et place aussi son inspiration esthétique dans une tradition très ancienne, qui remonte au XVIIIème siècle, puisque ce temps vit, d’une part, le développement de la franc-maçonnerie et, d’autre part, l’émergence de la musique maçonnique. Le compositeur est ainsi l’héritier d’un courant artistique fortement imprégné par le symbolisme ésotérique et la pensée humaniste, qu’il pratique depuis nombre d’années, et que renforcent non seulement sa judaïcité et l’ensemble des valeurs intellectuellesetspirituellesqu’elletransmetdepuisplusd’unmillénaire,maisencoresaprofessionde médecin-psychiatre s’appuyant fortement sur un solide corpus scientifique et la force d’une intuition qu’il a placés tous deux, depuis sa jeunesse, au service des autres, ou mieux de la détresse des autres. Cette triple conjonction d’éléments qui, pour un esprit superficiel, pourraient a priori passer pour contradictoires a, en fait, construit une œuvre d’une richesse intellectuelle et artistique unique, qui puise sa force, sa cohérence et sa profondeur dans la réalité concrète de l’humain et la complexité de sa nature intime. C’est tout cela qu’il faut entendre, écouter et déceler dans la musique d’Alain Krotenberg, médecin-compositeur, comme Tchekhov fut médecin-dramaturge ou Clemenceau fut médecin-politique, puisque cet homme d’une grande rigueur intellectuelle, parce qu’il est parallèlement un artiste inspiré et un créateur audacieux, sait, mieux que d’autres, dégager le subtil de l’épais et faire jaillir la lumière de la Connaissance des ténèbres de l’ignorance, du fanatisme et de la superstition. L’initiation, chacun le sait, est un commencement ; Alain Krotenberg est un compositeur initié en ce sens où sa musique ouvre à l’auditeur le champ infini de la réflexion et du rêve pour le conduire à un degré supérieur de conscience, qui est celui de l’homme libre, totalement dégagé des préjugés.
Jean-Pierre Thomas

J’ai décelé chez Alain Krotenberg, une forme de systématisme de la construction musicale proche du classicisme du 18e siècle, systématisme synthétisé ensuite par Frantz Schubert ou encore Johanes Brahms, repris ensuite plus largement par Richard Wagner avec ses leitmotivs, et même si Alain Krotenberg est plus discret sous cet aspect, il n’en reste pas moins un "peintre", comme le fut Arnold Schoenberg , et si je devais positionner , par exemple Fraternité et le 3e mouvement de la Symphonie opus 33, je les situerais entre la Nuit transfigurée et Pierrot lunaire, en passant par Le chant de la Terre de Gustav Mahler...Alain Krotenberg est donc à la fois héritier, passant et passeur, rayonnant dans la tradition et la transmission, en éclairant, si cela était encore nécessaire, la seule manière d’aborder le langage musical, le ressenti...La tradition et la transmission, en humanisme forment le cadre indispensable à la liberté d’expression ... Alain Krotenberg est un Homme et un Musicien libre et heureux.
Alain Krotenberg est le digne héritier d’Arnold Schoenberg et de Gustav Malher pour ses tonalités "en suspension" et ses libertés de mouvements ; c’est un homme libre, sur la voie de la vérité.
Henri Wojtkowiak

Polymnie

 

Alain Krotenberg was born in Paris on the 5th of September, 1956, into a Jewish-Polish family. He grew passionate about classical music very early in life, while there were no professional musicians amongst his closest relatives, and started playing piano when he was seven. When he reached the age of ten he knew that he wanted to become a psychiatrist or a child psychiatrist (ten is the age when his mother was deported to Bergen-Belsen concentration camp where Anne Frank and Simone Veil were also deported). After high school he started musical studies in Paris and specialized in psychiatry. In conjunction he went on playing piano and got better at composition, harmony and counterpoint. Between 15 to 30 years of age his first compositions were mainly improvisations on the piano, which he played in public, especially in salle Gaveau in 1986. At the age of 30 he decided to start his career as a contemporary classical music composer.
Alain Krotenberg has led a dual career for 30 years (he is one of a few doctors to have done so). On one hand he has been a child psychiatrist in the medico-social sector, specializing in behavioural disorders in the "ITEP" (Therapeutic Educational and Behavioural Institutes). On the other hand he has been a composer to whom music is of paramount importance in his life. He read again and again dozens of biographies written by composers such as Monteverdi and Boulez. Furthermore, he wrote four psychiatry books for the general public.
When he refers to his style of composing, Alain Krotenberg says that he has evolved a lot since his first musical pieces, such as his piano and violin Concertos, which were written in a neoclassical style or neo-romantic style. With his cello concerto, Fraternité, Le Quatuor, Chana and La Femme, he moved to a more contemporary musical style while keeping a melodic line necessary for the listener.
As a matter of fact, Alain Krotenberg likes quoting Rachmaninov’s line : “Whoever is not able to create a melody that imposes itself, sinks in and stays will never be a great master”.
In Alain Krotenberg, the child psychiatrist and the composer are intimately connected : “Even if I am not really fond of the word ‘music therapy’, every single one of my compositions was designed to arouse a pleasant or unpleasant emotion in the listeners, so that they respond, and are helped to ask themselves the right questions about the meaning of their life and their future” he writes.
Alain Krotenberg has listened to a lot of contemporary music such as serial music by Messian and twelve-tone music by Berg and Webern. He also listened to Boulez and l’IRCAM, Stockhausen, a music called "concrete" (by Pierre Henry, Pierre Schaeffer, Claude Baliff, Luigi Nono), experimental music (by John Cage and Elliot H. Carter), as well as Britten, Part, Bernstein, Xenakis, Berio, Lindberg, Gershwin, Ives, Glass, Reich, Ligeti, Dutilleux. However, he admired the most the 20 following composers and was influenced by them : Bach, Vivaldi and Mozart who is to him the greatest musical genius, Beethoven, Schubert, Brahms, Tchaikovsky, Chopin, Liszt, Bruckner, Puccini, Wagner, Mahler who is his favouritecomposer, Ravel, Bartok, Schoenberg, Richard Strauss, Prokoviev, Sibelius and Shostachovitch. Several works by Alain Krotenberg were performed in pu- blic in Paris : L’Ode à l’Europe Nouvelle (Ode to the New Europe), Concerto pour Violon (Violin Concerto), Trois Mélodies pour mezzo-soprano et orchestre (Three Melodies for mezzo-soprano and orchestra) and the String quintet Shoah.
Plein Vent Editions published Alain Krotenberg’s scores as well as five Cds of his following works : Shoah released in 1999.
Fraternités (Brotherhoods) released in 2007.
La Femme (Woman) released in 2011.
La Colonne d’Harmonie (The Column of Harmony) released in 2013. La Légende d’Hiram (Hiram’s Legend) released in 2014.
Music and royal Art in Alain Krotenberg’s works
Alain Krotenberg’s complete works are characterized by symbolism. This gives his works a special colour and sets his aesthetical inspiration in a very old tradition dating back from the 18th century. This was a time when Freemasonry grew and Masonic music emerged.
The composer is also the heir to an artistic trend strongly imbued with esoteric symbolism and humanist thought, which is also highlighted by his work as a child psychiatrist. The combination of these elements built up works endowed with a unique intellectual and artistic richness that take their strength, coherence and depth from the human being’s concrete reality and the complexity of his intimate nature. All this you can hear, listen to and detect in the music of Alain Krotenberg who is a doctor-composer just like Tchekhov was a doctor-playwright and Clémenceau was a doctor- politician.
Initiation, as everyone knows, is a starting point. Alain Krotenberg is an initiated composer because his music enables the listeners to penetrate into the endless realm of re exion and dream which leads them to a higher degree of conscience where man is free and completely released from his prejudices.
Jean-Pierre Thomas


Polymnie


Du plus profond de la nuit des temps, les hommes ont espéré que l’homme ferait la paix avec les autres hommes.
Du plus profond de la nuit des temps, les hommes ont cherché une réponse à leurs interrogations devant le mystère de cette vie qui nous fait être.
Des fils de Dieu, des prophètes, des mystiques, des grands prêtres, tous ont montré des chemins, tous ont affirmé détenir la loi unique pour conduire l’humain.
Mais tous ont échoué à instaurer la paix, et les mains au lieu de se serrer les unes les autres ont continué de frapper et de tuer.
Tous ont échoué à apaiser les tourments de l’existence et l’absence d’une réponse véritable n’a fait qu’accroître l’angoisse des hommes.
Et les esprits n’ont cessé de s’affronter, le sang a continué de couler et les larmes de se répandre sur le triste sort des vivants.
Alors, bannissant les ancestrales superstitions, dépassant ré- vélations et religions, des hommes nouveaux sont apparus : les Francs-Maçons.
Là-bas, dans les brumes anglaises, ils ont bâti des temples, en ont ouvert les portes pour y faire entrer l’esprit et triompher la raison.
En révolte contre les guerres de religion, en révolte contre l’intolérance politique, ils sont là pour que se taisent les armes.
A l’imitation des Frères compagnons de métier, ils ont bâti des sociétés spirituelles pour se connaître et se comprendre.
Sous l’unique loi, celle énoncée par le Pasteur Anderson, obéissant à ses principes de tolérance, de respect et de paix,
Nobles et roturiers, artisans et intellectuels, sur les mêmes bancs, côte à côte, dans une parole universelle.
Là, entre l’équerre et le compas, chaque homme devient un Frère et chaque Frère s’écoute en Frère.
Là, rassemblés au long du XVIIIème siècle, les Francs-Maçons ont fait triompher le respect et la protection de l’autre afin de porter plus loin l’aventure humaine.
Puis leur idée a franchi les mers, atteignant le continent, de proche en proche, à travers l’Europe, trouvant, là encore, des esprits éclairés pour se propager.
Les encyclopédistes des lumières, les philosophes, les libres-penseurs, tous ont contribué à cette idée nouvelle que l’homme peut être en paix avec l’homme.
Leurs idées tout au long du XIXème siècle ont conquis l’Europe occidentale, puis ont progressé dans l’Est, touchant même à l’orient lointain, partout où l’homme, épris de savoir, de culture a porté ses pas.
Et là, cette pensée humaniste a rassemblé dans le vaste cercle de la communauté humaine, tout ce qui est épars dans la richesse de toutes les cultures du monde.
Le projet est grand, l’action est noble, la lutte difficile, car les forces obscures se sont dressées et se dressent encore pour empêcher les Frères de progresser.
Les églises, les monarchies absolues, les pouvoirs autoritaires, l’ensemble des dictatures, tous ont essayé de faire taire cette voix nouvelle.
Pendant les guerres du XXème siècle, des Frères ont payé de leur vie la défense de la liberté de penser, d’agir, de créer ; ils ont versé leur sang mus par le désir d’unir l’homme aux hommes.
Aujourd’hui encore des Frères sont interdits de se réunir et se rencontrent la nuit, dans des temples de fortune, au péril de leur liberté ou de leur vie.
Mais l’Idée maçonnique ne s’arrêtera pas...elle demeure, dans une vaste chaîne d’union, inébranlable à jamais.
La Maçonnerie est définitivement l’union heureuse de la spiritualité et de la raison, l’expression unique et pacifiée de l’amour des hommes.
Du plus profond de la nuit des temps, il est des hommes qui se donnent la main et font enfin la paix avec les hommes.

Jérôme Touzalin


Polymnie


- Opus 1 : Concerto pour piano et orchestre - 1987 - dédié à Clara Krotenberg
- Opus 2 : Suite Symphonique Slave - 1989 - dédiée à Gérard, Myriam et Albert Krotenberg.
- Opus 3 : Concerto pour violon et orchestre (1ère version) - 1992 - dédié à Gary Krotenberg. 2ème version dénitive réorchestrée en 2015.
- Opus 4 : Les 5 lumières : Poème musical - 1992 - dédié à Charles Sztarkman
- Opus 5: Improvisation libre au piano - 1993 - dédiée à Norbert Goutman.
- Opus 6 : Symphonie Concertante pour hautbois, violoncelle, piano et orchestre dite Symphonie Cosmopolite - 1994 - dédiée à Véronique Cahn.
- Opus 7 : Trois Mélodies pour mezzo-soprano et orchestre - 1995 - dédiées à M. Chiche et M. Sebane.
- Opus 8 : Septuor pour cordes et vents - 1996 - dédié à Jérôme Touzalin.
- Opus 9 : Shoah quintette à cordes avec clarinette - 1997 - dédié à Chana Jedynak et ses quatre enfants : Betty, Myriam, Léon et Claude.
- Opus 10 : La Sophia Opéra maçonnique en 3 actes - 2002 (1ere version) - dédié à tous les Hommes dans leur quête de la Sagesse. Livret de Georges Glardon et Jérôme Touzalin .
2eme version réorchestrée en 2017.
- Opus 11 : Concerto pour violoncelle et orchestre - 2002 - dédié à Alexandra Debit.
- Opus 12 : Trio pour ûte, clarinette et saxophone baryton - 2003 - dédié à Jean Gibaud
- Opus 13 : Fraternité pour 14 instruments à cordes - 2004 - dédiée à Henry Wojtkowiak
- Opus 14 : Ode ( ou Hymne) à l’Europe Nouvelle pour chœurs d’enfants (chantant en 6 langues), solistes, orgue et orchestre à cordes - 2005 - dédiée à l’Europe de l’avenir. Texte : J.Touzalin
-Opus 15 : 5 chansons de variété française (musique et orchestration) - 2006 :
1. Viens danser - dédiée à Sophie Levy

2. Merci - dédiée à Betty Jedynak

3. Ma lumière - dédiée à Michel et Michèle Abou
4. La vie nous reprend tout - dédiée à Léo Ferré
5. Femme noire, Homme blanc - dédiée à Laetitia Bikai
- Opus 16 : Quatuor à cordes - 2007 - dédié à Léon Jedynak
- Opus 17 :La légende d’Hiram. Cantate pour baryton-basse et orchestre - 2007 et dédiée au G.O.D.F .
- Opus 18 : Ténèbres et Lumière Oratorio pour ténor, baryton, basse et orchestre - 2008 dédié à la G.L.D F. texte : Jean-Bernard Levy
- Opus 19 : Le Chevalier armé pour le combat de la vie Oratorio pour 3 ténors, 1 soprano,
1 baryton, 1 baryton-basse, 1 basse, chœur de 7 enfants, harpe et orchestre - 2009 - dédié à toutes les obédiences Maçonniques nationales et internationales. Texte : J.B. Levy et J. Touzalin
- Opus 20 : La Femme sextuor pour ûte, mezzo et 4 violoncelles - 2010 dédié à toutes les femmes et à la G.L.F.F.. Texte : Jérôme Touzalin
- Opus 21 : Clargary Sonate pour piano - 2010 - dédiée plus tard à tous les enfants de la famille : Gary, Clara, Mégane, Maéna, Teddy, Romane, Dimitri, Vincent, Volodia, Raphaël, Sarah et Simon...et ceux qui arriveront ensuite...
- Opus 22 : Chana rhapsodie slave pour 18 cordes et vents - 2011 - dédiée à Aron, Léon et Claude Jedynak - Opus 23 : Paradoxe sonate pour hautbois et contrebasse avec accompagnement d’une voix d’enfant
- Op.24/32 : La Colonne d’Harmonie. 9 morceaux originaux pour quintette à cordes et vents pour les Loges Maçonniques - 2012 - dédiés à toutes les colonnes d’harmonie.
- Opus 33 : Symphonie dite Judéo-maçonnique pour grand orchestre et une voix d’alto, dédiée à tous les enfants et adolescents de la Terre - 2015. Fin de composition le 5 septembre 2016 pour les 60 ans du compositeur.


Polymnie


Fondé en 1971, l’Orchestre de Douai Région Hauts de France est une grande formation symphonique. Sous la direction d’Henri Vachey, puis de Stéphane Cardon et de Jean-Jacques Kantorow depuis 2013, l’Orchestre de Douai-Région Hauts de France a donné plus de 1.350 concerts dans 168 villes de sa région d’origine, mais aussi dans toute la France (Martinique comprise) et à l’étranger (Belgique, Allemagne, Grande-Bretagne, Autriche, Italie, Espagne, Pologne...). C’est ainsi qu’il réunit chaque année près de 25 000 auditeurs. En 1985, il a remporté le Prix d’Honneur de la Ville de Vienne (Autriche) et le Premier Prix "absolu" de la Ville de Stresa (Italie) un an plus tard, se distinguant parmi des formations réputées venues du monde entier ! L’Orchestre s’est exprimé à de nombreuses reprises sur Radio-France et sur les principales chaînes de télévision, comme TF1, France 2 et Arte. De plus l’Orchestre a publié de nombreux enregistrements consacrés à Massenet, à Honegger, à Pierné, à la musique de films et de scène d’Honegger, à quatre oeuvres d’Henri Vachey ainsi qu'à Nicolas Bacri.

The Douai Région Hauts-de-France Orchestra is a grand symphonic formation that was founded in 1971. The Orchestra was led by Henry Vachey and Stéphane Cardon successively. Since 2013, it has been conducted by Jean-Jacques Kantorow. The formation has given more than 1350 performances in 168 towns, not only in its home region but also all over France (including Martinique) and abroad (in Belgium, Germany, Great-Britain, Austria, Italy, Spain, Poland...).
Every year the orchestra performs in front of nearly 25 000 listeners. In 1985, it received the Vienna Award of Honour and a year later The First Prize in Stresa (Italy) where it stood out from many music formations from all over the world!The orchestra was broadcasted on numerous occasions on Radio- France as well as on France main TV channels such as TF1, France 2 and Arte.
Moreover, the Orchestra has published a large amount of CDs devoted to Massenet, Pierné, Nicolas Bacri, Honegger’s film and stage music, and four musical pieces by Henri Vachey.

En consolidant l'Orchestre de la Radio fondé pendant l'entre-deux-guerres où Paul Hindemith, Leos Janácek, Sergei Prokofiev et Igor Stravinsky visitaient fréquemment Ostrava, un grand orchestre symphonique a été créé en 1954, l' Orchestre Janacek Philharmonic Ostrava. Grâce à l'exigence de la direction artistique c'est devenu un des orchestres tchèques principaux et il a commencé à voya- ger à l'étranger seulement deux ans plus tard (1956). Beaucoup de chefs d'orchestre et solistes ont contribué à la renommée de l'orchestre depuis lors : Maris Jansons, Serge Baudo, VáclavNeumann, Karel Ancerl, Jirí Belohlávek, Helmuth Rilling, Vladimir Fedoseyev, Iván Fischer, Svjatoslav Richter, Frank-Peter Zimmermann, André Navarra et beaucoup d'autres. La Révolution de velours et les années 90 et 2000 voient l'orchestre voyager de plus en plus, accompagné par des grands noms comme Plácido Domingo, José Carreras, Diana Ross ou Joseph Calleja.

Janacek Philharmonic Ostrava Orchestra is a grand symphonic orchestra that was established in 1954. It is a successor to an orchestra that was founded between the two World Wars when Paul Hindemith and Leos Janacek were regularly performing in Ostrava.The Orchestra became one of the leading Czech orchestras thanks to its challenging artistic direction. It started to play abroad in 1956 only two years after its creation.Since then many conductors and soloists have contributed to making it a world-renown orchestra, amongst whom is Maris Jansons. With the Velvet Revolution, throughout the 1990’s and the millennium years the orchestra has been touring more and more abroad accompanied by big names such as Placido Domingo and Jose Carreras.

Diplômée du conservatoire de Bratislava, Veronika Hajnova est lauréate de nombreux Prix en Allemagne et à Vienne. Elle a reçu le Thalia Prize deux fois. En 2003 pour Dalila dans l'opéra Samson et Dalila de Saint- Saens et pour Jeanne d'Arc dans la Pucelle d'Orléans deTchaïkovski. Elle a été soliste de l'Opéra d'État de Prague et est actuellement engagée au Théâtre national à Prague et au Théâtre national de Brno. Elle a chanté Amneris aussi bien que Carmen en plusieurs tours à l'étranger, au Japon, en Espagne, au Portugal, en France, zn Hongrie, à Abu Dhabi ou en Corée du sud.
Elle chante aussi dans des festivals internationaux comme Milano, le Printemps de Prague, Litomysl de Smetana, Mai de Janacek, le Festival de Chopin à Marienbad, Le festival de Wenceslaw à Ostrava etc.)
Elle est régulièrement invitée par de grands orchestres comme l'Orchestre Philharmonique tchèque, Brno Orchestre Philharmonique, Janacek Orchestre Philharmonique Ostrava, MoraveOrchestre Philharmonique Olomouc, l'Opéra de Paris Bastille

A Bratislava Conservatory graduate, Veronika Hajnova was awarded many prizes in Germany and in Vienna. She received the Thalia Prize twice: in 2003 for her performance as Dalila in the opera Samson and Dalila by Saint-Saens and as Joan of Arc in La Pucelle d'Orléans by Tchaikovsky. She was a soloist for the Prague State Opera and currently works for the National Theatres of Prague and Brno. She sang as Amneris and Carmen while touring abroad several times in Japan, Spain, Portugal, France, Hungary, the Emirate of Abu Dhabi and South Korea. She also sings in international festivals such as Milano, Prague Spring, Smetana’s Litomysl, Janacek May, Chopin Festival in Marienbad and St. Wenceslas Festival in Ostrava.
She often performs as a guest artist in major orchestras such as the Czech Philharmonic Orchestra and Brno Philharmonic Orchestra.

En 1984, Guy Comentale obtient à l'unanimité les premiers prix de violon et de musique de chambre du conservatoire national supérieur de Paris. Il étudie également à l'étranger auprès de Siegfried Palm, Paul Badura-Skoda, György Sebok et Henryk Szeryng.
Attiré par la musique de chambre, Guy Comentale a joué avec Youri Boukoff, Jean-François Heisser, Mstislav Rostropovitch, Patrice Fontanarosa, Georges Pludermacher, Jean-Bernard Pommier et Alain Meunier. Il a créé de nombreuses oeuvres de notre temps. En 1986, il a été nommé premier violon solo de l'orchestre philharmonique de Radio France.
Guy Comentale a reçu, en 1992, le prix de la nouvelle académie du disque
pour son enregistrement des trios de Brahms et de Ligeti. Actuellement, il
est professeur au conservatoire national de région de Rueil-Malmaison et à
l'école nationale de musique de Meudon. Depuis 1999, il est directeur d'une collection d'oeuvres pour violon aux éditions Billaudot.

In 1984, Guy Comentale was unanimously awarded the First Prize for Violin and for Chamber Music at the National Superior Music Conservatory in Paris. He has studied abroad with Siegfried Palm and Paul Badura-Skoda. He was drawn to chamber music and played with Youri Boukoff and Jean-François Heisser. He has played many musical works from our times.
In 1986, he was appointed concertmaster of the Radio France Philharmonic Orchestra.In 1992, Guy Comentale received the Prix de la Nouvelle Académie du Disque for his recordings of trios by Brahms and Ligeti.
He is currently a teacher at the Conservatoire National de Région in Rueil-Malmaison and at the Ecole Nationale de Musique in Meudon. Since 1999 he has been the editor of a collection of musical works for violin for the Billaudot publishing house.

Né à Douai Henry Wojtkowiak commence ses études en contrebasse à cordes et piano. 1er prix à l'unanimité du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Durant son parcours musical ses principaux professeurs ont été : Léopold Sokolowski René Demol, Emmanuelle Ritte, Henri Vachey, Gaston Logerot, Laurence Boulay, Bernard wahl, Manuel Rosenthal (lui-même élève de Maurice Ravel), Olivier Messiaen. Le grand chef D'orchestre Français Georges Prêtre sera son mentor, il en a été l'élève et l'assistant. Henry Wojtkowiak est le fondateur, directeur artistique et musical de l'Académie de la Chapelle Royale de Dreux, orchestre composé des musiciens les plus prestigieux des grandes formations parisiennes, orchestre philharmonique de Radio-France, Orchestre National, orchestre
de l'Opéra de Paris, Orchestre de Paris, Orchestre de chambre de Paris, orchestre de la Garde Républicaine. Il sera invité au pupitre des orchestres de Magdebourg en Allemagne, Chamber Ensemble de Cracovie et Bydgoszcz, Pologne (lors d'un concert à Paris), Brescia en Italie, Prague, Ostrava en République Tchèque, Douai en France. Le grand répertoire symphonique le passionne tout autant que la musique contemporaine dont il a enregistré de nombreuses créations...

Henry Wojtkowiak was born in Douai and started his music studies on string bass and piano. He received a unanimous first prize at the National Superior Music Conservatory in Paris.
In his musical career his main teachers were Léopold René Demol, Emmanuelle Ritte, Henri Vachey, Gaston Logerot, Laurence Boulay, Bernard Wahl, Manuel Rosenthal (who was Maurice Ravel’s student), and Olivier Messiaen. Famous French conductor George Prêtre was his mentor and Henri Wojtkowiak became his student and assistant. He is the founder, artistic and musical director of l’Académie de la Chapelle Royale de Dreux, which is an orchestra that draws its musicians from the most prestigious Parisian musical ensembles such as the Radio-France Philharmonic Orchestra, the National Orchestra, the Paris Opera Orchestra, the Paris Chamber Orchestra and the Republican Guard Orchestra. He was a guest of the Magdebourg Orchestra
in Germany, of the Krakow and Bydgoszcz Chamber Ensembles (when they came from Poland to give a concert in Paris) and performed in Brescia in Italy, in Prague and Ostrava in the Czech Republic, and in Douai in France.
He is as passionate about grand symphonic repertoire as he is about contemporary music, and has recorded many musical creations in both styles.

 



Polymnie

Accueil | Catalogue | Interprètes | Instruments | Compositeurs | CDpac | Stages | Contact | Liens
www.polymnie.net Site officiel du Label Polymnie • © CDpac • Tous droits réservés •